Philippe Close a tenu un discours lors de la fête du 11 juillet, une première

De nombreux représentants politiques flamands se sont réunis à la maison communale de Bruxelles ce 21 juillet pour célébrer la fête de la Communauté flamande. Pour la première fois depuis longtemps, le bourgmestre de Bruxelles était présent et a tenu un discours en néerlandais.

Avant de rentrer dans la maison communale sur la Grand-Place de Bruxelles, les invités à la fête de la Communauté flamande devaient passer devant une action du Vlaams Belang. Le parti d’extrême droite y plaidait pour que le 11 juillet devienne un jour férié payé, une demande que le Parlement flamand avait déjà formulée il y a 22 ans, mais qui n’a pas encore été appliquée.

À l’intérieur, le président du Parlement flamand, Jan Peumans (67 ans), a tenu son dernier discours du 11 juillet avant une retraite politique annoncée. Il n'a pas hésité à qualifier son allocution de "testament politique" de sa présidence de l'assemblée flamande, non sans l'agrémenter de plusieurs traits d'humour.

Au niveau du contenu, le président du Parlement flamand a répété d'anciennes revendications. Il a notamment défendu l’instauration du 11 juillet comme jour férié payé et a soutenu la création d'une Constitution flamande d'ici 2021.

Le discours de Philippe Close bien accueilli

Il n’y avait pas que des responsables flamands dans la salle. Parmi le public, on remarquera notamment, Christine Defraigne (MR), la présidente du Sénat ou Willy Borsus (MR), ministre-président de la Wallonie.

Mais la nouveauté cette année, c’est que le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), était présent et a tenu un discours en néerlandais. Auparavant, la ville n’y recevait traditionnellement la parole que par la voix d’un échevin néerlandophone.

Le bourgmestre a vanté le caractère international de Bruxelles et a souligné son caractère flamand parmi ses multiples identités, ainsi que la volonté de la Ville de renforcer ses liens avec la Flandre comme avec la Wallonie.

Il s’est également permis une boutade qui a bien fait rire le public : "Car aujourd’hui, plus qu’un autre jour, nous ne devons pas oublier qu’il y a 700 ans, nous avons battu les Français."

Ce discours est bien passé chez les personnes présentes dans la salle. Theo Francken a même félicité Philippe Close sur Twitter : "Brillant discours du bourgmestre de Bruxelles Philippe Close dans la magnifique maison communale de Bruxelles."