Un oiseau rare compromet le projet d’une deuxième plage nudiste à la côte belge

Une deuxième plage nudiste devait normalement voir le jour à Westende. Or l’endroit prévu pour la plage est habité par des oiseaux rares appelés cochevis huppés. L’Agence flamande pour la nature et la forêt juge dès lors qu’il faut trouver un autre lieu.

Depuis 2000, la Belgique compte une plage nudiste à Bredene. Entre-temps, la plage est devenue si populaire que la Fédération belge de naturisme souhaite en installer une deuxième. Et Westende semblait être l’endroit idéal : ni bâtiment ni digue pour observer les nudistes. Mais le projet pourrait avoir du plomb dans l’aile en raison de l’avis rendu par l’Agence flamande pour la nature et la forêt.

La raison invoquée par l’agence est que les dunes à Westende sont l’habitat des cochevis huppés, une espèce d’oiseau que l’on ne rencontre qu’à certains endroits sur la côte. L’animal construit son nid dans le sol, ce qui le rend vulnérable. 

Pas encore de demande de permis

Griet Buyse, porte-parole de l’Agence flamande pour la nature et la forêt déclare : "Nous n’avons rien contre les plages nudistes, nous faisons seulement attention à la nature." Il ajoute que l’avis a été rendu à la suite d’une demande de la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege (CD&V). "Aucune demande de permis pour une plage naturiste n’a été demandée. Si cela arrive, nous allons devoir à nouveau nous prononcer et notre avis sera alors contraignant."

Koen Meulemans, président de la Fédération belge de naturisme a exprimé sa déception : "Les naturistes sur la plage respectent leur environnement et leurs prochains. Nous ne cassons rien et rangeons tout. S’il n’y avait que des naturistes dans les dunes, aucun oiseau ne devrait se sentir menacé."