Les agriculteurs demandent que la sécheresse soit reconnue comme calamité agricole

Il suffit de regarder autour de soi, les champs situés un peu partout en Flandre sont particulièrement secs. Cela fait plusieurs semaines qu’il n’y a pas eu de précipitations importantes. Dans certaines régions de Flandre, pas une goutte d’eau n’est tombée depuis la mi-mai.

Selon le syndicat des agriculteurs (ABS) il s’agit bien de circonstances exceptionnelles. C’est la raison pour laquelle un courrier a été envoyé à la ministre flamande de l’Agriculture Joke Schauvliege (CD&V) lui demandant d’examiner la situation pour voir si la sécheresse actuelle peut être reconnue comme calamité agricole.

Le syndicat est convaincu que nous en sommes arrivés au point que même quelques grosses averses ne seront pas suffisantes pour relancer la croissance des cultures et que les dégâts sont déjà irréversibles.

Non seulement il fait très sec mais les températures sont aussi plus élevées que la normale et le vent sec et persistant complète l’effet de sécheresse. Et même là où quelques gouttes sont tombées cela n’a servi à rien. Des signes provenant de diverses régions indiquent que la sécheresse fait des ravages.

De nombreux éleveurs sont déjà obligés de puiser dans leur stock de fourrage de cet hiver car la croissance de l’herbe s’est arrêtée complètement dans les pâturages. L’herbe a complètement séchée et est devenue brune.  

Les agriculteurs demandent la suppression de la taxe sur les prises d'eau

Les agriculteurs demandent aussi de ne plus devoir payer de taxe lorsqu’ils prélèvent de l’eau souterraine. En principe une redevance doit être versée chaque année mais à cause de la sécheresse, les agriculteurs connaissent des difficultés financières. Selon la ministre flamande de l’Agriculture Joke Schauvliege (CD&V), la suppression de cette taxe ne serait pas une solution.