Les restes de quelque 128 soldats, finalement découverts à Wijtschate

Les fouilles archéologiques dans un ancien bastion allemand de la Première Guerre mondiale à Wijtschate, en Flandre occidentale, auront permis la découverte des restes de 128 soldats. Il s’agit essentiellement de Français, d’Allemands et de Britanniques.

Grâce à un projet de crowdfunding, une équipe internationale d'archéologues a pu passer au crible un terrain d'un peu plus d'un hectare, à Wijtschate, avant qu'un nouvel édifice n'y soit construit. Le site est digne d'intérêt puisqu'environ un tiers est resté vierge de toute construction pendant 100 ans.

Hill 80 ( la colline 80) a eu une grande importance stratégique durant la Première Guerre Mondiale. Le site du moulin (avec un moulin à vent et un moulin à vapeur) était un grand complexe de bâtiments. Les Allemands l’avait transformé en place forte. Des Français et des Britanniques y sont passés également en fonction de l’évolution du conflit.

Avant que le site ne soit tombé aux mains des Allemands, il avait aussi été occupé par les Français en 1914 et à la fin du conflit par les Britanniques. C’est la raison pour laquelle des victimes retrouvées sur le site proviennent de ces trois pays. La nationalité des soldats a pu être reconnues sur base des boutons d’uniforme qui reposaient sur les squelettes. Mais pour une identification plus précise il faudrait faire d’autres recherches. Mais même si ces soldats restent anonymes, ils auront droit à une inhumation officielle.
 

"128 corps c'est un nombre énorme pour une telle superficie"

Les archéologues avaient débuté les fouilles le 16 mars. Quatre mois plus tard, les restes de 128 personnes ont été découverts. "C’est un nombre énorme pour une telle superficie", a expliqué à la VRT l’archéologue Simon Verdegem.

"En plus des victimes, de nombreux objets ont également été retirés du sol. Des grenades et des obus, ont été méticuleusement retirés par le SEDEE, de la Défense. Beaucoup d’objets personnels appartenant à des soldats ont aussi été découverts dans les tranchées. Et puis il y a aussi un nombre frappant de gourdes, ce qui est étrange, car si vous quittez une tranchée, vous emportez votre arme et certainement votre gourde avec vous. Cela indique peut-être que les propriétaires ont dû quitter les lieux très vite, sans qu'on leur donne le temps d'emporter quoi que ce soit avec eux".

Cette place forte était à l’origine le bâtiment d’une meunerie et des objets de cette époque-là ont aussi été retrouvés dans le sol. Du mobilier, des assiettes, des couteaux, des cuillères, des fourchettes mais aussi un crucifix en porcelaine et une statue de Marie en verre.  

Et à présent, que va devenir le site ?

Ces dernières semaines les archéologues ont travaillé d’arrache-pied pour mettre à jour le réseau de tranchées. Mais à présent le délai est passé et les fouilles doivent être arrêtées. Après les congés du bâtiment les travaux pour la construction d’un nouveau quartier résidentiel vont débuter.

Pour avoir une idée à quoi ressemblait le site dans le passé de nombreuses photos ont été prises. Celles-ci seront traitées et une projection en 3D est prévue ainsi qu’une représentation en réalité virtuelle. Ainsi le site de ce bastion de la Première Guerre Mondiale sera conservé... du moins dans le monde virtuel.