Zuhal Demir : "Un burkini est un symbole d'oppression de la femme"

La secrétaire d'État à l'Égalité de Chances Zuhal Demir a souhaité vendredi la mise à l'étude d'une interdiction dans la loi du port du burkini dans les piscines, qu'elle voit comme une menace de la religion sur les droits des femmes.

"Un burkini est un symbole d'oppression, pas d'émancipation", a affirmé la mandataire N-VA, après qu'un tribunal à Gand eut rejeté l'interdiction, pour raison d'hygiène et de sécurité, du port de ce long maillot de bain dans des piscines communales à Gand.

A l'inverse, le Centre interfédéral pour l'égalité des chances, Unia, considère qu'une interdiction généralisée du burkini constituerait une discrimination. L'interdiction peut désavantager les femmes qui le portent pour des raisons religieuses tout comme les personnes qui choisissent ce vêtement pour des raisons de santé, de caractéristiques physiques ou à cause d'un handicap. "Les gens doivent avoir la liberté de s'habiller comme ils le souhaitent, même dans une piscine", affirme Unia. Si une pression est mise sur les jeunes femmes pour qu'elles portent un burkini, c'est aux autorités locales d'agir, ajoute le centre.