Installer des capteurs sur les éoliennes en mer du Nord pour contrôler la pollution des navires

La mer du Nord va-t-elle devenir une zone basse émission comme Anvers ? C’est en tous cas le projet du secrétaire d’Etat Philippe De Backer (Open VLD). Il voudrait que les éoliennes en mer soient équipées de capteurs pour vérifier que les navires ne dépassent pas les normes de pollution. L’information est révélée par le quotidien Het Nieuwsblad.

"On l’ignore en général, mais le transport maritime est responsable d’environ 3% des émissions de CO2 et de 18% des émissions de soufre", a déclaré le secrétaire d’Etat à la mer du Nord. Philippe De Backer.

Afin de mesurer ces substances polluantes, Philippe De Backer a l’intention de faire installer des capteurs sur les éoliennes. On pourra ainsi vérifier si les navires n’émettent pas trop d’azote, de soufre ou de C02. Le secrétaire d’Etat a introduit un projet auprès de l’Union européenne. "Le parc éolien offshore constitue l’endroit idéal à cet effet, car les routes maritimes passe par là. Le parc à éolienne est en fait la porte d’entrée de notre mer", a-t-il déclaré.

Actuellement, ces contrôles sont effectués par de petits avions qui survolent le panache de fumée du navire et sont capables de mesurer les substances polluantes qui s’en échappent . "Mais avec ces capteurs, bien sûr, cela deviendra beaucoup plus facile. De cette manière, nous pouvons faire en sorte que notre mer du Nord devienne une zone à basse émission. Si le projet est approuvé, les capteurs pourraient en principe être installés dès la fin de cette année".

Les infractions aux normes de pollution sont passibles d’amendes substantielles. En moyenne, ces amendes s'élèves à  20.000 euros, mais les montants peuvent parfois être plus élevés, en fonction du degré de pollution des navires.