Les centres de contrôle technique vont pouvoir détecter les fraudes au filtre à particules

En Belgique, de nombreuses voitures roulent sans filtre à particules ou avec un filtre à particules qui ne fonctionne plus. Les conducteurs en infraction sont rarement interceptés car les méthodes de contrôle existantes sont inadéquates ou insuffisamment pointues. A présent les centres de contrôle technique seront équipés de prototypes élaborés sur base des appareils de mesure les plus récents et les plus précis, en cours de développement.

Les trois Régions du pays ont conclu un accord de coopération portant sur une approche et un financement communs. Ensemble, elles mettent quelque 340.000 euros à la disposition du GOCA, le groupement des entreprises agréées pour le contrôle automobile et le permis de conduire, pour procéder à des tests pratiques.
Dans chacune des trois Régions, au moins un centre de contrôle technique sera expérimenté avec des compteurs PN (qui compte les particules de poussière) et PM (qui mesure la masse de particules).

Seuls ces prototypes peuvent détecter de manière décisive la présence d'un filtre à particules défectueux ou l'absence de filtre.

Les mesures seront effectuées avec des appareils de différentes marques, de sorte qu'il apparaisse clairement quels appareils produisent les résultats les meilleurs et les plus fiables en pratique.

Un total de 10.000 véhicules doivent être inspectés dans les six prochains mois. Après une évaluation, les Régions pourront acheter les dispositifs les plus appropriés en plus grand nombre et les mettre à la disposition des différents centres de contrôle technique.

La secrétaire d'État bruxelloise à la Sécurité routière, Bianca Debaets (CD&V), le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA), et un représentant de son homologue wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio (CDH) , ont présenté lundi, au centre de contrôle technique automobile situé rue Bollinckx, à Forest, une démonstration d'une technologie de pointe de détection de la fraude au filtre à particules.

Les trois Régions ont en effet décidé d'investir ensemble dans des prototypes élaborés sur base des appareils de mesure les plus récents et les plus précis, en cours de développement.