Les musées flamands protestent contre la censure artistique sur Facebook

On voit parfois n’importe quoi sur Facebook mais dès qu’il s’agit de nudité, le règlement du réseau social est très strict. Trop strict estime de nombreuses institutions culturelles flamandes. Récemment des nus de Rubens ont même été refusés. Toerisme Vlaanderen (L’Office de Tourisme de la Flandre) estime que Facebook doit modifier d’urgence sa politique et a pris des mesures.

Ce n’est pas la première fois que Facebook refuse des représentations de personnages nus. Cela s’est encore produit récemment avec la Vénus de Willendorf. Cette figurine vieille de près de 30 000 ans considérée comme un chef d'œuvre de l'art paléolithique a été censurée par le réseau social, provoquant l’indignation du Museum d'histoire naturelle de Vienne, où elle est exposée.

Mais les musées flamands constatent aussi que certaines œuvres d’art séculaires sont refusées sur Facebook. Ainsi récemment la "Descente de Croix" de Pierre Paul Rubens a été retirée de Facebook parce que le Christ en dehors de son pagne y est représenté sans vêtements.

Cette censure cause du tort à Toerisme Vlaanderen car avec "Project Vlaamse Meesters" (Projet sur les Maîtres flamands)  l’Office de tourisme espère attirer pas moins de 3 millions d’amateurs d’art en Flandre, d’ici 2020.

Or faire de la publicité pour les œuvres de Rubens, Bruegel ou Van Eyck semble difficile sur Facebook, Toerisme Vlaanderen a donc décidé de diffuser un petit film ludique pour dénoncer la censure du réseau social californien. (voir ci-dessous).

Chargement lecteur vidéo ...

Ce film montre de manière ludique comment des amateurs d’art sont expulsés de la Maison Rubens à Anvers par des agents de sécurité parce qu’ils sont en train d’admirer des œuvres représentants des corps dénudés. Seules les personnes qui n’ont pas de profil sur Facebook sont autorisées à continuer à les regarder.

Lettre ouverte à Zuckerberg

A côté de ce petit film, Toerisme Vlaanderen a également rédigé une lettre ouverte à l'attention de Mark Zuckerberg, le patron de Facebook. La lettre a été signée avec une série de musées et institutions culturelles du pays, dont Bozar, la Maison Rubens, et des musées de Bruges, Louvain et Anvers.

"Indécent. C'est ainsi que sont considérés les seins, les fesses et les chérubins de Peter Paul Rubens. Pas par nous, mais par vous", s'y indignent les signataires. On pourrait en rire, mais cette censure complique la vie des acteurs culturels qui veulent faire découvrir les maîtres flamands, poursuivent-ils.  Ces institutions culturelles demandent au patron de Facebook d’arrêter de retirer les nus de son réseau social. "La plupart des musées flamands ont déjà signé cette lettre", a déclaré Peter De Wilde de Toerism Vlaanderen. "Nous voulons aussi que des institutions internationales se joignent à nous et presque tous les musées que nous approchons pour cela sont impatients de participer au projet".

Rubens estime que la politique actuelle de Facebook est malheureuse. "Il s’agit de censurer les grands icônes de l’art occidental. Cela témoigne avant tout d’un manque de connaissance. Car depuis l’art de l’Antiquité, - pensez aux Romains ou aux Egyptiens - la nudité fait partie intégrante de l’art. Et même la Renaissance ou le Baroque sont caractérisées par des dieux, des déesses et des figures mythologiques représentées dans leur nudité.

Et Toerisme Vlaanderen souligne que leurs préoccupations ne sont pas purement touristiques. "Si nous ne pouvons plus montrer notre art occidental tel qu'il est et si nous ne pouvons plus le partager avec le reste du monde, alors c'est très triste", déclare Peter De Wilde. "S'il n'y a plus de respect pour la liberté artistique, ni pour la manière dont nous avons traité la représentation du corps humain au cours des cinq derniers siècles, il est grand temps de sonner l'alarme".