Grève chez Ryanair : forte mobilisation à Bruxelles et Charleroi

Une grève de deux jours menée par des hôtesses et stewards de Ryanair a débuté mercredi avec des centaines de vols annulés en Europe, tandis que la compagnie à bas coûts mettait à exécution sa menace de réduire sa flotte en Irlande après une grève des pilotes. En Belgique, le personnel de Bruxelles et Charleroi est fortement mobilisé pour cette grève de deux jours.

Cinq syndicats ont demandé aux personnels de cabine de cesser le travail mercredi et jeudi en Espagne, au Portugal, en Belgique et en Italie, obligeant Ryanair à annuler préventivement 600 vols sur ces deux jours. Environ 100.000 passagers ont été remboursés ou transférés sur d'autres vols, avait annoncé Ryanair mardi soir.

Les syndicats exigent les mêmes conditions de travail pour les salariés sous contrat et les intérimaires, et demandent à la compagnie d'appliquer la législation de chacun des pays où elle emploie du personnel. Ryanair entend n'appliquer que la législation irlandaise.

Forte mobilisation en Belgique

Environ 700 personnes travaillent pour Ryanair en Belgique, 600 à Charleroi et une centaine à Brussels Airport.

Ce mercredi, 80% du personnel de cabine rattaché à l'aéroport de Bruxelles était en grève, selon le syndicat CNE. Toujours selon le syndicat chrétien, 60% des vols ont été annulés à Charleroi où Ryanair concentre principalement sa flotte en Belgique.

"Dix-huits vols Ryanair ont été annulés mercredi à Brussels Airport (7 à l'arrivée et 11 au départ), impactant 3.500 passagers. Au total, 20 vols au départ et 20 à l'arrivée étaient prévus mercredi", a indiqué Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport.

"60% des vols Ryanair ont été annulés à Charleroi et ce sera aussi le cas jeudi", précise de son côté Yves Lambot, secrétaire permanent CNE. "La mobilisation du personnel est forte. Le personnel en grève distribue des tracts expliquant notre mouvement aux passagers", explique encore M. Lambot.

Ryanair met sa menace à exécution

Toujours ce mercredi, Ryanair a annoncé mercredi matin la réduction de 20% de sa flotte à Dublin cet hiver, attribuant cette décision qui menace 300 emplois à des baisses de réservations du fait des grèves de pilotes dans le pays.

La compagnie irlandaise n'aura plus que 24 avions à Dublin contre 30 jusqu'à présent, ce qui pourrait entraîner des pertes d'emplois pour 100 pilotes et 200 membres du personnel de cabine, selon un communiqué. Le groupe ajoute vouloir donner la priorité à ses activités en Pologne, Ryanair Sun, qui sont en plein essor.

Ryanair a justifié sa décision par les mouvements sociaux qu'il a connu à Dublin avec la récente grève sur trois jours d'une partie de ses pilotes et alors qu'un autre mouvement social mené par le personnel de cabine débute mercredi dans plusieurs pays d'Europe

La compagnie met ainsi sa menace à exécution après avoir averti lors de la présentation de ses résultats trimestriels lundi, marqués par une baisse de son bénéfice net, que les grèves pourraient le contraindre à revoir ses prévisions de trafic pour l'hiver, avec à la clé moins d'avions et des pertes d'emplois.