VRT/Chantal Van der Beken

Quelques semaines après son inauguration à Nieuport, la tortue de Jan Fabre déjà endommagée

L’œuvre d’art "Searching for utopia" de Jan Fabre, plus connue sous le nom de « la tortue » a déjà été endommagée en plusieurs endroits quelques semaines seulement après son inauguration à Nieuport. Le conseil communal demande au public de faire preuve de plus de respect pour cette œuvre d’art. "Désormais, le fait de toucher, de la salir ou d' escalader l'oeuvre sera sanctionné d’une amende administrative de 250 euros".

Lundi 9 juillet dernier, la nouvelle place Jan Fabre (Fabreplein) située en face du centre culturel Yasara était inaugurée à Nieuport avec l’œuvre "Searching for Utopia", également connue sous le nom de "la tortue".

Depuis, des dégâts ont déjà été constatés en divers endroits de la couche supérieure de la statue. Il y a par exemple des éraflures au dos et sur les côtés. Selon la commune, plusieurs incidents ont été signalés par les résidents des immeubles d’appartement autour de la place. Apparemment ce sont des gens qui n’ont pas pu résister à la tentation d’escalader l’œuvre de Jan Fabre.

"La tortue" avait été réalisée en 2003 pour la première édition de Beaufort, le projet artistique triennal couvrant tout le Littoral. Elle avait d’abord été installée sur la plage de Nieuport, puis sur la digue. "Searching for Utopia" avait coûté 325.000 euros et à l’époque déjà beaucoup l’avait considéré comme un jouet plutôt que comme une œuvre d’art. Le sable avait aussi fait des dégâts à cette statue en bronze.

Aujourd’hui, l’œuvre restaurée a été recouverte d’une fine feuille d’or et installée sur un socle, en hauteur entouré d’eau. Mais en cette période estivale cela a plutôt attiré les gens plutôt que de les dissuader. La restauration avait coûté 139.000 euros.

Le bourgmestre de Nieuport Geert Vanden Broucke (CD&V) appelle le public à faire preuve de plus de respect pour l'œuvre d'art. Il sera désormais interdit de grimper, d'endommager, de rayer ou de souiller les œuvres d'art et les monuments. La tortue ne peut plus être touchée et l'eau qui l'entoure ne doit pas être souillée.

Désormais, les contrevenants pourront être sanctionnés d’amendes administratives allant jusqu'à 250 euros, ainsi en a décidé le conseil communal. Quatre caméras ont été installées autour de l'œuvre d'art pour pouvoir identifier les vandales.
 

VRT/Chantal Van der Beken