Un accident avec délit de fuite toutes les deux heures en Belgique

Environ 4.200 accidents avec tués ou blessés ont eu lieu l'année dernière avec la circonstance aggravante qu'un délit de fuite a été commis, soit pratiquement un cas toutes les deux heures. C’est ce que révèle vendredi l'Institut Vias.

Les accidents de ce type sont en légère diminution par rapport à il y a 10 ans (-5%), mais le nombre d'accidents en général a baissé de manière beaucoup plus prononcée sur la même période (-22%).

"Aujourd'hui, il y a donc proportionnellement plus d'accidents avec délit de fuite qu'il y a 10 ans (11% au lieu de 9%)", ressort-il de l'analyse statistique de Vias. D'après l'Institut, le phénomène est particulièrement préoccupant à Bruxelles où le pourcentage dépasse 15%, contre 11% en Flandre et 9% en Wallonie.

Les cyclistes et les piétons sont respectivement impliqués dans 24% et 12% des accidents en général, mais dans 34% et 23% de ceux avec délit de fuite. Plus de la moitié (54%) des usagers tués dans un accident de ce type sont des piétons et près d'un usager sur cinq (18%) est un cycliste, ajoute Vias.

Depuis le 15 février, les sanctions pour délit de fuite ont été renforcées, rappelle l'Institut. Une différence est maintenant faite entre les accidents avec blessés et ceux avec tués. Dans le premier cas, le coupable est puni d'un emprisonnement de quinze jours à trois ans et/ou d'une amende de 3.200 euros à 40.000 euros, ainsi que d'une déchéance du droit de conduire d'une durée de 3 mois au moins et 5 ans au plus ou à titre définitif.

Si l'accident a entraîné la mort, la peine de prison peut aller jusqu'à quatre ans. La réintégration dans le droit de conduire est quant à elle subordonnée à la réussite d'un examen théorique, pratique et psychologique.

"Les sanctions sévères sont logiques mais il ne faut pas non plus être trop optimiste quant à leur effet dissuasif. Le risque de se faire contrôler a plus d'impact", souligne Vias. "La conduite sous influence d'alcool et la conduite sans assurance sont des circonstances entraînant fréquemment des délits de fuite. En augmentant les efforts pour lutter contre ce type d'infraction, on lutte également contre les délits de fuite", estime l'Institut.