"Atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat pour éviter des coûts encore plus élevés"

Selon l’expert sur le climat Jos Delbeke, interrogé vendredi soir dans l’émission "Terzake" (VRT) "nous devons nous préoccuper de la canicule de ces derniers jours et les décideurs politiques doivent faire davantage pour lutter contre le réchauffement climatique. Cette canicule ne se limite pas à l'Europe, mais touche aussi une grande partie de l'hémisphère nord". Selon Jos Delbeke, "il ne peut plus y avoir de doute sur sa cause".

Jos Delbeke, est conseiller sur le Climat auprès du Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Les changements climatiques se manifestent de différentes manières dans le monde. Jos Delbeke fait référence à l’Algérie, où l’on enregistre aujourd’hui une température record d’au moins 51 degrés. Dans certaines parties de l'Afrique, le réchauffement climatique se traduit par la désertification, les populations risquant de perdre leur sources de revenu et de devoir partir.

"Une partie des flux migratoires peut être attribuée au changement climatique ", ajoute Jos Delbeke.

Dans les pays riches de l’Ouest nous possédons encore suffisamment de ressources pour nous protéger contre ce réchauffement, "mais là où il y a déjà une pénurie absolue d’eau c’est un sérieux problème pour les populations locales", prévient l'expert.

Nous sommes proches d'un réchauffement d'un degré et demi, ajoute Jos Delbeke, ce qui est dangereusement proche de la limite de 2 degrés fixée par l'Accord de Paris sur le Climat. Il est donc grand temps pour la politique d'intensifier ses efforts.

"Le CO2 qui est déjà dans l'atmosphère est en train de s’étendre. Nous devons anticiper l'avenir ", dit Delbeke. "Nous avons causé ce réchauffement et nous devons donc faire plus pour réduire nos émissions".

Comment pouvons-nous faire cela ?

"En utilisant moins d'énergie, en adaptant nos habitudes et en stockant plus d'eau au lieu de simplement l'évacuer par le réseau d'égouts. Chaque citoyen peut bien sûr faire quelque chose à son niveau mais ce sont les décisions politique qui doivent être prises dans le bon sens".

Pour Jos Delbeke les récentes mesures du gouvernement flamand en matière de climat sont ambiguës. "Le stop au béton ne sera décidé qu’en 2040, mais que vont-ils faire d’ici là ? De très nombreuses mesures en matière d’énergie pourraient être prises plus rapidement mais nous avons tendance à les retarder. Nous devons persévérer".

"Il y aurait beaucoup de choses à faire, mais nous devons passer à la vitesse supérieure, et pour cela, nous avons besoin d'une bonne politique. Cela permettra d'éviter une grande partie des coûts que nous aurons de toutes façons si les changements climatiques se poursuivent".
La conclusion de Jos Delbeke ?

"Il est essentiel d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le Climat, faute de quoi notre pays et de nombreux pays pauvres dans le monde devront en supporter les coûts".