27% des enfants de la périphérie de Bruxelles fréquentent une école francophone

27% des enfants habitant la périphérie flamande autour de Bruxelles fréquentent une école francophone de Bruxelles ou de Wallonie. Dans certaines communes il s’agit d’une augmentation de 10% en trois ans. Ce phénomène est surtout répandu dans les communes à facilités.

D’après les chiffres officiels de l’AGODI, l’Agence flamande des services d’éducation durant l’année scolaire 2016-2017 17.368 des 64.292 élèves âgés entre 6 et 18 ans habitant une commune de la périphérie autour de Bruxelles fréquentaient une école de la Communauté française. Ce qui représente 27%, écrit le quotidien Het Laatste Nieuws, lundi.

On note un pic qui augmente la moyenne dans les communes à facilités de Drogenbos (60%), Linkebeek (59%) et Rhode-Saint-Genèse (46%). Dans plusieurs communes l nombre de ces "élèves navetteurs" aurait augmenté de 10%.

"L’éducation est le meilleur levier dont nous disposons en tant que Communauté flamande pour intégrer les populations et pour maintenir le caractère flamand des communes autour de Bruxelles" a réagi Willy Segers (N-VA) député bourgmestre de Dilbeek. Il a demandé des moyens supplémentaires pour construire des nouvelles écoles en périphérie.

Ces dernières années, de plus en plus d'habitants de Bruxelles ont déménagé en périphérie. Les communes de Machelen, Zaventem et Vilvoorde sont les plus populaires. Plus de la moitié des habitants qui participent au test d'intégration obligatoire en périphérie flamande viennent de Bruxelles ou de Wallonie.