Les refuges d’animaux ont déjà accueilli 80 % de chats en plus que l’année dernière

Une quarantaine de refuges pour animaux demandent au ministre flamand du Bien-être animal, Ben Weyts (N-VA), de prendre des mesures plus strictes envers les propriétaires de chats qui ne respectent pas leurs obligations.

"Chaque année, nous accueillons plus de chats", déclare Sabine Bovend’aerde du refuge Zwerfkat à Louvain. Mais cette année, on assiste à un afflux de chatons qui n’ont même pas 6 mois.

Selon elle, plus facteurs expliquent cette situation. L’hiver était doux cette année. En temps normal, bon nombre de chats de rue ne passent pas l’hiver, ce qui n’était pas le cas cette fois-ci.

Le nombre de portées a également augmenté. Normalement, on compte 2 à 3 portées par an, mais maintenant cela monte parfois à quatre.

Ensuite, bon nombre de propriétaires ne font pas stériliser leurs chatons, même s’ils sont obligés de le faire quand ils les donnent. Ils veulent souvent éviter les coûts de la stérilisation en apportant les animaux aux refuges.

Sabine Bovend’aerde réagit : "Les gens considèrent souvent leurs animaux comme des produits à usage unique. Ils les trouvent mignons quand ils sont jeunes, mais dès qu’ils vieillissent et engendrent des coûts, les animaux sont abandonnés. Le pire c'est que les gens achètent souvent à nouveau un animal avant qu’ils ne deviennent vieux."

Lettre au ministre

Pour lutter contre ce problème, une quarantaine de refuges ont envoyé une lettre au ministre du Bien-être animal afin de prendre des mesures plus strictes envers les propriétaires de chats qui n’accomplissent pas leur devoir. Ils plaident pour plus de contrôles efficaces et éventuellement une amende pour les récidivistes.

Les refuges indiquent également que cette situation augmente les coûts pour leur organisation étant donné qu’ils doivent eux-mêmes prendre en charge la stérilisation et la vaccination des chatons. Ils demandent dès lors des subsides : "Si nous croulons sur le plan financier, nous ne pouvons plus aider aucun animal."