BELGA/VERGULT

Le Palais de justice de Bruxelles sera rénové en 2040, pourquoi cela dure-t-il si longtemps?

Cette semaine, on a appris que les travaux de rénovation du Palais de justice ne seront pas achevés avant 2040. Dirk Van Gerven, avocat et administrateur de la Fondation Poelaert explique pourquoi cela dure si longtemps sur le plateau de "De Ochtend".

Les Bruxellois ont l’impression que cela fait une éternité que leur Palais de justice est entouré d’échafaudages et cela n’est pas prêt de changer. La Fondation Poelart est en charge de la modernisation du Palais de justice. Elle tire son nom de Joseph Poelaert (1817-1879), l’architecte du Palais de justice.

Dirk Van Gerven, membre de la fondation explique : "Cela fait une dizaine d'années que nous convainquons le gouvernement de ne pas réaliser ses plans initiaux : retirer une grande partie du système judiciaire du palais. Nous avons mené des actions et, il y a quelque temps, le gouvernement a décidé de laisser le système judiciaire là-bas." 

"Rendre le bâtiment à la population"

Selon l’avocat, la fondation souhaite rendre le Palais de justice à la population : "Le service du greffe se trouve à Forest, on pourrait le transférer vers le Palais de justice afin que les Bruxellois puissent à nouveau s’y rendre."

La rénovation des façades extérieures va durer entre 12 et 13 ans, cela prend deux ans par façade. "Pour ce faire, il faut à chaque fois réaliser un appel public qui dure entre deux et quatre ans. Nous arrivons facilement à 18 ans. On pourra voir le bâtiment sans échafaudage seulement d’ici 2040", ajoute Dirk Van Gerven.

Volonté politique

Les travaux prennent autant de temps étant donné qu’il s’agit du plus grand Palais de justice au monde et que le bâtiment est protégé. L’avocat confirme : "Celui qui veut rénover doit le faire d’une manière spécifique. Malheureusement, le bâtiment se trouve à Bruxelles et l’intérêt pour Bruxelles est moins élevé que pour Gand ou Anvers."

En plus, Bruxelles se trouve dans une situation politique difficile selon le membre de la Fondation Poelaert : "On doit demander le soutien de la Flandre et de la Wallonie et il n’y en a pas assez.  Je crains que le gouvernement fédéral n’y accorde pas de temps et d’argent. Nous avons besoin d’un ministre qui y croit, quelqu’un avec une vision."

Il espère un jour entrer avec sa toge dans le bâtiment sans échafaudages : "Si la volonté politique y est, le Palais de justice sera totalement retapé. Sinon, on va toujours reporter le projet en pensant : 'le prochain gouvernement trouvera bien l’argent'."