Tous les policiers pourront avoir un second métier

Le métier de policier évolue vers plus de flexibilité, et les auxiliaires et fonctionnaires de police pourront exercer un deuxième métier, selon une nouvelle disposition légale qui entrera en vigueur dans les prochaines semaines, indiquent les quotidiens Le Soir et du groupe Sudpresse. Jusqu’à présent, seul le personnel administratif et logistique pouvait combiner ses fonctions à un autre métier ou du travail bénévole.

Cette nouvelle disposition va permettre aux auxiliaires et aux fonctionnaires de police de cumuler leur fonction avec un autre emploi ou avec une activité bénévole. Jusqu'ici, le cumul de professions n'était accessible qu'aux membres du cadre logistique et administratif à condition que la seconde occupation ne porte pas atteinte à l'accomplissement des devoirs professionnels ou à la dignité de la fonction de policier.

À l'initiative des organisations syndicales, une proposition de réforme du régime des incompatibilités vient d'aboutir. L'accord obtenu autorise le cumul de fonctions "sauf exception".

Ainsi, les métiers liés à la sécurité privée restent interdits d'accès aux forces de l'ordre, ainsi que ceux d'ambulancier, de moniteur d'auto-école et de garde champêtre.

Le policier qui souhaite exercer une activité complémentaire doit en avertir son autorité de tutelle, qui dispose alors de 45 jours pour refuser la demande, ou émettre certaines restrictions, principalement pour raisons déontologiques.