Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved

La Belgique et l’Italie redéfinissent leurs relations bilatérales

A l’issue d’une rencontre à Bruxelles avec son nouvel homologue italien, Enzo Moavero Milanesi (photo, à g.), le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (photo, à dr.) a indiqué ce jeudi que la Belgique et l’Italie ont convenu de donner un caractère plus politique à leurs relations bilatérales. Cette décision pourrait mener à la création d’institutions communes.

Les deux ministres des Affaires étrangères ont eu un premier long entretien au Palais d'Egmont à Bruxelles, après qu’Enzo Moavero Milanesi ait participé en matinée aux cérémonies de commémoration de la catastrophe du Bois du Cazier à Marcinelle. Dans le charbonnage situé près de Charleroi, 262 mineurs ont perdu la vie le 8 août 1956 dans un tragique incendie. Un peu plus de la moitié d’entre eux étaient d’origine italienne.

Les ministres ont convenu de "relancer" la relation bilatérale entre les deux pays, membres fondateurs notamment de l'Union européenne et de l'Otan, a indiqué Didier Reynders. Les administrations des deux ministères des Affaires étrangères ont été chargées de formaliser ces contacts au niveau ministériel, qui pourraient s'élargir à des domaines spécifiques, comme la culture, les transports, l'énergie, notamment.

Cette volonté d'établir une relation "plus politique" pourrait déboucher sur la création d'institutions communes, précise le chef de la diplomatie belge.

Le gouvernement populiste italien en fonction depuis début juin et dirigé par Giuseppe Conte, un professeur de droit privé, rassemble le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite). Mais c'est le très européen Enzo Moavero Milanesi, qui a travaillé pendant vingt ans à Bruxelles et qui fut ministre des Affaires européennes de 2011 à 2014, qui a hérité du portefeuille des Affaires étrangères.