Trois mois après son ouverture, le Musée du Diamant d’Anvers déjà confronté à un trou financier de 2 millions d’euros

L’établissement flambant neuf avait été inauguré en grande pompe en mai dernier. Trois mois plus tard, le musée anversois du diamant, des bijoux et de l’orfèvrerie, DIVA, fait déjà face à un trou financier de quelque 2 millions d’euros. Son directeur, Jeroen Martens, a parallèlement annoncé son départ. 

D’après les responsables de l’institution réunissant désormais les trois musées, le gouffre budgétaire et le départ du directeur de l’établissement ne sont aucunement liés. "Les transgressions budgétaires dans le cadre de nouveaux projets ne sont pas anormales, et un déficit de 10%, soit ici 2 millions, n’est pas exceptionnel", a commenté le directeur de l’institution du musée, Luk Lemmens.

Le déficit en question doit être résorbé d’ici la fin de l’année en économisant sur les coûts globaux et en revoyant la collaboration du musée avec la Chine, un pays vers lequel les expositions du DIVA voyagent, alors que le transport des plus belles pièces coûte cher.

Luk Lemmens s’est en outre dit satisfait du travail accompli par Jeroen Mertens. "Il a mis en place un nouveau musée en quatre années. Les critiques sont bonnes, et le nombre de visiteurs est en hausse. Jeroen Mertens a lui-même annoncé qu’il n’était pas la personne appropriée pour gérer le musée au quotidien. Nous allons donc lui chercher un remplaçant".