Inquiétudes autour du viaduc du Gentbrugge après le drame de Gênes

Construit dans les années 60 avec des matériaux similaires à ceux utilisés pour le pont autoroutier qui s’est effondré en Italie, le viaduc situé à Gentbrugge (section de Gand) sur la E17 dévoile des défauts qui inquiètent les riverains. 

Le viaduc de Genbrugge est en mauvais état, même s’il ne risque pas, à l’heure actuelle, de subir le même sort que le pont Morandi, dont l’effondrement a coûté la vie à 38 personnes. "Nous ne craignons certainement pas qu’il s’écroule", souligne Hans Verbeeck, de l’asbl Viadukaduk, créée par des riverains il y a 4 ans pour dénoncer l’état du viaduc de Gentbrugge et exiger une solution à long terme.

"En attendant, une profonde rénovation n’en demeure pas moins nécessaire", ajoute Hans Verbeeck. "De gros morceau de béton tombent régulièrement du pont, et rendent l’acier d’armature visible. De nombreuses personnes passent par-là, et cette situation est dangereuse car elle démontre un affaiblissement de la structure", souligne-t-il encore. 

Manque d’argent

L’Agence flamande des routes et du trafic (Wegen en Verkeer) est au courant de la situation depuis quelque années, mais fait face à un manque d’argent et à de lourdes procédures. "Il existe effectivement des projets pour une grande rénovation du viaduc de Gentbrugge, mais cela prend beaucoup de temps", explique Irene der Craats de l’Agence Wegen en Verkeer. "En attendant, nous tentons de sécuriser un maximum le pont et son entourage. Des contrôles sont effectués annuellement, alors que d’autres ponts n’en subissent que tous les 3 à 5 ans. Là où nous le pouvons, nous réalisons de petits travaux ", précise-t-elle.

Une étude est actuellement en cours. "L’année prochaine, nous chercherons un entrepreneur. Les grands travaux pourront alors débuter", ajoute Irene der Craats. La rénovation de ce viaduc de 1,7 kilomètres devrait durer jusqu’en 2022.