James Arthur Photography

Trois abattoirs temporaires en Flandre pour la Fête du sacrifice

A l’occasion de la Fête du sacrifice, qui sera célébrée par la communauté musulmane mardi prochain 21 août, trois abattoirs temporaires agréés seront installés en Flandre. Seuls les animaux ayant été étourdis au préalable pourront y être mis à mort. Ces structures seront établies à Genk (Limbourg), Werchter (Brabant flamand) et Wolvertem (Brabant flamand), a indiqué le ministre flamand en charge du Bien-Être animal, Ben Weyts (N-VA). Aucun abattoir temporaire n’est prévu en Région bruxelloise.

La Flandre interdit depuis 2015 l'abattage des animaux non-étourdis dans les abattoirs temporaires. Les fidèles musulmans qui désirent néanmoins procéder à l'abattage rituel devront se rendre dans un abattoir agréé.

La Cour européenne de Justice a confirmé fin mai que cette mesure ne constituait pas une atteinte à la liberté religieuse. L'abattage précédé d'un étourdissement - comme ce sera le cas la semaine prochaine à Genk, Werchter et Wolvertem - pourra donc encore être pratiqué dans les abattoirs temporaires.

A partir de 2019 toutefois, la pratique de l'abattage sans étourdissement sera totalement interdite au nord du pays. Seul l'abattage rituel précédé d'un étourdissement réversible, par électronarcose par exemple, sera alors encore autorisé en Flandre.

James Arthur Photography

Plus d’abattoir temporaire à Bruxelles

La Secrétaire d’Etat bruxelloise au Bien-être animal, Bianca Debaets (CD&V), a pour sa part annoncé qu’aucun abattoir temporaire n’est plus prévu dans sa Région pour la Fête du sacrifice. "Ni la Région, ni les autorités locales n’organiseront pareils abattoirs temporaires", confirmait Debaets (photo archives) jeudi soir.

L’an dernier, la Région bruxelloise introduisait deux mesures sous l’impulsion de la Secrétaire d’Etat : l’interdiction d’abattage à domicile et l’interdiction de transport de moutons et de chèvres. Les transporteurs professionnels doivent demander un permis pour ce type de transport à l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire.

L’interdiction d’abattage sans étourdissement préalable n’est pas non plus encore introduit à Bruxelles, le gouvernement régional n’étant pas encore parvenu à se mettre d’accord sur ce point.