"Femmes, soyez soumises à votre homme": la messe dominicale soulève un tollé en Flandre

Une phrase lue lors de la célébration de l’eucharistie, diffusée par les chaînes de la radio-télévision publique flamande Eén et Radio 1, a suscité l’indignation au nord du pays. "Femmes, soyez soumises à votre homme, comme l’homme l’est au seigneur. Car l’homme est la tête de la femme, comme le Christ est la tête de l’église", a récité le prêtre de l’église de Grimbergen. 

Le texte lu par le prêtre est une lettre de l’apôtre Paul tirée de la Bible. Le paragraphe choisi poursuit : "L’homme a donné sa vie pour sauver la femme. Celle-ci doit dès lors lui être soumise en tout, comme l’église est soumise au Christ".

A la suite de cette citation, une vague de messages d’indignation a déferlé sur la Toile. Ce matin, le prieur de Grimbergen s’est expliqué : "la lettre a été lue hier dans toutes les églises et dans toutes les langues de par le monde. Ce texte revient tous les trois ans, et il évoque l’amour. Le noyau relate le fait que femme et homme doivent s’apprécier, s’estimer et se respecter", a-t-il commenté, soulignant que la phrase controversée avait, selon lui, été sortie de son contexte. 

"Et si un imam avait dit ça ?"

Parmi les critiques, on retrouve en premier lieu celle du ministre flamand des Médias Sven Gatz (Open VLD), qui a dans ce cadre réitéré sa volonté de supprimer les messes religieuses du service public. "La liberté de religion : ok. La liberté d’expression : ok. Mais pas de propos rétrogrades et sexistes aux frais des autorités svp. (Et si un imam avait dit ça ?)", a twitté Sven Gatz.

La diffusion de services religieux est instaurée par le contrat de gestion des autorités flamandes avec la VRT. Celui-ci souligne que la radio-télévision publique flamande n’est pas responsable du contenu de ces messes. "Je trouve déplorable que ce genre de choses ne soient pas filtré, et soit directement diffusé sans responsabilité du service public", a-t-il ajouté au micro de la VRT.

Ce n’est pas la première fois que le ministre flamand des Médias évoque la suppression des services religieux sur les chaînes publiques. Sven Gatz est toutefois confronté au refus de ses partenaires de coalition, CD&V et N-VA. "Si certains n’ont pas de souci avec ce genre de propos, ils pratiquent alors à une forme d’indignation sélective", a-t-il encore réagi.