Grande coopération communale pour récolter les excédents alimentaires

Quatorze communes du sud de la Flandre occidentale ont créé ensemble une plateforme pour redistribuer de la nourriture fraiche en surplus que des supermarchés auraient sinon jetée à la poubelle. Cette redistribution se fait avec l’aide d’organisations sociales. Il s’agit aussi d’un projet d’activation, qui doit permettre à plusieurs personnes d’accéder à un emploi sur le marché du travail.

L’initiative sera lancée en novembre, dans la région de Courtrai (Flandre occidentale). Les centres publics d’aide sociale (CPAS) des 14 communes concernées collaboreront avec la Banque alimentaire, les grandes surfaces Colruyt et Aldi et au moins 40 organisations sociales. Chaque jour, ils récolteront ainsi 200.000 kilos de fruits, légumes, viande et poisson, pour les redistribuer à des familles défavorisées.

D’après les initiateurs du projet, il s’agit d’une première en Flandre, du point de vue de l’ampleur de la collecte et la redistribution de nourriture fraiche. "La quantité de nourriture qui approche de sa date de péremption est énorme", précise Bram Deloof (N-VA), président du CPAS de Kuurne. "Mais c’est un vrai défi logistique de faire parvenir à temps ces excédents alimentaires aux personnes qui en ont besoin "

Reconditionner la nourriture

"Il faut transformer des tonnes de nourriture en grammes. Il faut réemballer au plus vite cette nourriture en plus petites quantités. Le jour-même de la collecte, les aliments doivent parvenir aux épiciers sociaux ou aux organisations de distribution de nourriture".

"Ces organisations travaillent avec des bénévoles. Ils ne sont pas disponibles en permanence pour s’occuper des excédents alimentaires, et ils ne peuvent traiter de grandes quantités dans leur propre organisation de taille restreinte. Avec l’aide des CPAS, nous engageons donc huit "travailleurs du groupe cible", qui effectueront le reconditionnement des aliments. Nous espérons aussi que cela les préparera à trouver du travail sur le marché de l’emploi régulier".

D’après Bram Deloof, quelque 32.000 personnes vivant dans le sud de la Flandre occidentale risquent de tomber dans la misère. Les communes qui participent à ce projet de solidarité sont Anzegem, Avelgem, Deerlijk, Harelbeke, Kortrijk, Kuurne, Lendelede, Menin, Spiere-Helkijn, Waregem, Wevelgem, Wervik, Wielsbeke et Zwevegem.