AFP or licensors

L’IRM qualifie d’exceptionnelle la sécheresse du printemps et de l’été

L'Institut royal météorologique considère comme exceptionnelle la sécheresse survenue au printemps dernier et durant cet été en Flandre. Ce phénomène avec une telle ampleur ne se produit qu'une fois tous les 20 ans. La situation a touché l'ensemble des 308 communes du nord du pays entre le 2 juin et le 6 août, d’après l’analyse de l'Institut qu'avait sollicitée la ministre flamande de l'Agriculture Joke Schauvliege. C’était une première étape sur le chemin de la reconnaissance de la sécheresse comme calamité agricole.

Cette reconnaissance fournie par l’IRM est l'une des conditions à remplir pour que la sécheresse puisse être considérée comme une catastrophe agricole. La ministre Joke Schauvliege (photo) avait d'ailleurs lancé une procédure en ce sens.

Outre le rapport de l'Institut royal météorologique, une condition financière doit également être satisfaite. Celle-ci prévoit qu'il doit y avoir pour au moins 1,24 million d'euros de dégâts totaux et pour 5.580 euros en moyenne par dossier. Cette évaluation ne pourra être faite que lorsque les commissions communales de constat de dommages en auront achevé l'inventaire sur leurs territoires respectifs. Selon le cabinet Schauvliege, cela pourrait prendre quelques semaines.

Début août, l'IRM avait annoncé que, d'après ses calculs, 166 communes wallonnes avaient été touchées par un phénomène de sécheresse exceptionnelle entre le 1er mai et le 31 juillet. En Flandre, ce sont toutes les 308 communes qui ont été touchées, entre le 2 juin et le 6 août. La quantité de précipitations tombée durant cette période était exceptionnellement faible, ce genre de phénomène ne se produit qu'une fois tous les 20 ans tout au plus, rappelle l'Institut.

La période examinée au sud du pays diffère de celle pour la Flandre, les demandes émanant des gouvernements régionaux n'ayant pas été les mêmes. Des dédommagements sont espérés pour le début de l'année 2019 par le fonds des calamités agricoles.