Yorick Jansens

VLM Airlines cesse ses activités : tous les vols sont annulés avec effet immédiat

La compagnie aérienne anversoise VLM Airlines a annoncé vendredi soir qu’elle cessait toutes ses activités. Tous les vols sont donc annulés avec effet immédiat. Les passagers ont reçu un e-mail leur indiquant que leurs billets seront remboursés. 

L'entreprise SHS Antwerp Aviation, la société chapeautant la compagnie aérienne VLM Airlines opérant depuis l'aéroport d'Anvers, a été mise en liquidation, ce qui entraîne la cessation des activités de la compagnie. Cette mise en liquidation est avec effet immédiat, a indiqué SHS Aviation dans un communiqué.

SHS Antwerp Aviation, filiale de l'entreprise néerlandaise SHS Aviation BV, avait entamé ses activités en 2016, sur les cendres de la société faillie VLM Airlines.

SHS Aviation, la maison-mère de VLM Airlines, avait annoncé début août que la compagnie aérienne ne proposerait plus à l'avenir que des vols réguliers à destination de Londres et de Zurich au départ d'Anvers et cherchait à miser davantage sur le marché des vols charter. Deux liquidateurs ont été désignés pour rechercher d'éventuels repreneurs.


VLM occupe 85 personnes et utilisait une demi-douzaine de six Fokker 50.
Le directeur général de la société d'exploitation aéroportuaire des aéroports régionaux d'Anvers et d'Ostende, Marcel Buelens, a pour sa part affirmé que la cessation des activités de VLM Airlines ne sera pas une catastrophe pour l'aéroport de Deurne-Anvers.

"Une faillite de VLM Airlines n'est pas une catastrophe insurmontable pour Antwerp Airport", a-t-il affirmé vendredi soir à l'agence Belga, avant même l'annonce de la cessation des activités.

"Nous examinons depuis un certain temps des alternatives. Nous voulons à coup sûr maintenir la liaison avec Londres; des discussions sont en cours avec la compagnie Flybe", a-t-il ajouté.


Flybe relie depuis mars dernier les aéroports d'Anvers et de London Southend, en collaboration avec Stobart Air. 

"Nous savions que la relance (de VLM) en 2016 était fragile", a souligné M. Buelens.
Selon lui, la compagnie a tenté de croître "trop rapidement".