La N-VA lorgne sur le ministère de l’Enseignement

Le président de la N-VA Bart De Wever verrait bien son parti prendre les rênes de l'enseignement néerlandophone à l'issue des élections de mai 2019. Il l'a affirmé lundi dans l'émission De Ochtend (VRT radio).

"Ce n'est pas une attaque contre (l'actuelle ministre, la CD&V) Hilde Crevits, mais je prendrais volontiers ce ministère de l'Enseignement", a indiqué M. De Wever, après avoir tweeté vendredi sur une baisse du niveau d'enseignement au nord du pays.
Il considère que l'enseignement a besoin d'un ministre qui soit "éloigné des réseaux", afin de pouvoir exercer davantage de pression sur eux.

Bart De Wever s'en prend notamment au réseau libre, responsable à ses yeux d'un "nivellement vers le bas" lorsqu'il met l'accent sur des matières "plus sympas" comme les compétences, plutôt que sur la connaissance, la maîtrise de la langue ou la pensée abstraite. Il pointe aussi du doigt l'élargissement du premier degré, les écoles du dialogue, l'abandon des examens de passage ou de l'enseignement en immersion linguistique, etc.

Quant à ses préférences de coalitions post-électorales, Bart De Wever confirme vouloir poursuivre avec les actuelles majorités, qui associent CD&V et Open VLD au gouvernement flamand, et le MR en plus au fédéral.

Au chef de groupe N-VA Peter De Roover qui déplorait pendant les vacances une trop faible empreinte de la N-VA sur les réalisations gouvernementales, Bart De Wever répond que ce n'était pas le cas en début de législature, mais il dit comprendre la frustration dès lors que l'électeur se souvient surtout de ce qui est récent.
 

L'enseignement catholique flamand s'estime injustement critiqué par Bart De Wever

L'enseignement catholique flamand s'est dit lundi "injustement" critiqué par le président de la N-VA, Bart De Wever, alors que lui et son parti ne digèrent pas l'ambition du libre confessionnel flamand de remplacer dans ses écoles, une heure de cours de langue néerlandaise au profit de l'enseignement des valeurs.

Pour le président de la N-VA, l'enseignement doit tendre vers l'excellence, or, à l'entendre, l'enseignement catholique ne viserait plus que ce qui est "tendance", entraînant un nivellement pas le bas.

Face à ces critiques, la coupole de l'enseignement catholique flamand a affiché lundi son "étonnement", qualifiant même les critiques de "non fondées". Elle a fait écho à une enquête de l'institut Itinera, publiée récemment dans le journal 'De Standaard', selon laquelle de très nombreuses écoles catholiques restent au-dessus de la moyenne tant en matière d'excellence tout en menant une politique d'égalité des chances. "Il ne s'agit donc pas d'une question 'ou-ou' mais 'et-et': l'excellence ne s'oppose pas à l'égalité des chances, cela va de pair", a-t-elle réagi.

Bart De Wever a également émis le souhait de voir la N-VA s'emparer lors de la prochaine législature du portefeuille de l'Enseignement, aujourd'hui détenu par la ministre CD&V Hilde Crevits, une ambition susceptible de faire trembler la coupole de l'enseignement catholique flamand.

Cette dernière relativise toutefois. "Nous avons déjà collaboré avec des ministres de l'Enseignement appartenant à différentes familles politiques et cela se passe très bien lorsque le ministre vise l'intérêt général de l'enseignement et mène sa politique en bonne collaboration avec les acteurs du monde de l'enseignement. Cela doit donc également encore être possible à l'avenir", a-t-elle indiqué