Révélation d'un rapport critique sur les conditions de vie dans les institutions flamandes de la jeunesse

Le CD&V a critiqué le parlementaire flamand Lorin Parys (N-VA) pour avoir divulgué dans la presse un rapport critique sur les institutions flamandes de la jeunesse, avant même qu’il ne soit discuté au Parlement flamand. "Pour trouver des solutions, il faut un partenariat fiable et stable et pas une recherche de sensationnalisme. Personne n’en profitera, ni les jeunes impliqués, ni les institutions" a déclaré la parlementaire flamande Katrien Schryvers (CD&V). Quant au ministre flamand en charge de ce dossier Jo Vandeurzen (CD&V) il a déclaré dans l’émission "De ochtend" ce mardi, qu’il allait "en tenir compte et examiner ce qui était urgent de faire".

Les conditions de vie dans les institutions publiques flamandes de protection de la jeunesse en section fermée laissent encore beaucoup à désirer. C’est ce qui ressort clairement d’un premier rapport intérimaire du comité de suivi des organisations de jeunesse. "Ce rapport cite ainsi le cas d’un garçons qui a passé 14 jours dans une cellule d’isolement" a déclaré la parlementaire flamande Lorin Parys. "On dit que certaines cellules d'isolement sont très sales et complètement coupée du monde".

Le parti écologiste flamand Groen, dans l’opposition, a également exprimé sa préoccupation. "Il y a trop peu de personnel, les infrastructures laissent à désirer et il y a trop peu de cours de formation" a déclaré Elke Van den Brandt (Groen). "C'est un problème fondamental et il est temps que la majorité le comprenne".

Jo Vandeurzen (CD&V), le ministre compétent, a souligné qu'il ne s'agissait que d'un rapport intérimaire. "Il y a une supervision externe pour surveiller les droits des jeunes dans les établissements fermés ", dit-il. Le ministre souligne que les institutions doivent aussi pouvoir apporter leur version des faits.

Jo Vandeurzen souhaite toutefois poursuivre dans les délais prévus. Le rapport final des superviseurs externes n'est pas attendu avant le début de l'année prochaine. "Nous venons juste de débuter", dit-il. "Mais bien sûr, nous allons examiner ce qui est urgent".