Racisme, haine et sexisme : les deux visages du mouvement de droite radicale Schild & Vrienden

Un reportage de la VRT a dévoilé un pan obscure du mouvement métapolitique flamand, Schild & Vrienden. La mouvance de droite radicale, qui se qualifie de modérée et d’indépendante, tient en secret des groupes de chat au sein desquels des messages racistes, sexistes, antisémites, islamophobes et homophobes sont échangés. A travers leur action, les membres du mouvement désirent apporter un profond changement au sein du système politique.

Durant près de six mois, le journaliste d’investigation de l’émission Pano, Tim Verheyden, a suivi le fondateur de Schild & Vrienden, Dries Van Langenhove. Parallèlement, la rédaction de Pano est parvenue à infiltrer leurs groupes de conversation secrets. Plus de 65.000 messages ont pu être consultés, des messages dans lesquels on retrouve un racisme explicite, des photos d’armes, et une ambition de changer les mentalités et le système.

Un mouvement lancé à partir d’une page Facebook

Schild & Vrienden, qui signifie Amis & Boucliers et qui fait référence au slogan "scilt ende vrient" sorti de la Bataille des Eperons d’or, a été créé à partir d’une page Facebook intitulée "De Fiere Vlaamse meme" (Le fier mème flamand), derrière lequel se trouve l’étudiant en droit de l’Université de Gand, Dries Van Langenhove. La page en question diffuse des vidéos humoristiques et des mèmes à caractère politique. Les principales cibles de ces publications sont les Wallons, les socialistes et les étrangers.

Début 2017, Dries Van Langenhove ouvre parallèlement un groupe Facebook secret sous le nom de Schild en Vrienden, dans lequel les mêmes publications sont diffusées.

Officiellement, Schild & Vrienden se qualifie de "mouvement métapolitique indépendant se concentrant sur les valeurs identitaires et familiales". Aujourd’hui, sa page publique sur Facebook rassemble quelque 14.000 abonnés, et a évolué vers un mouvement principalement constitué de jeunes hommes blancs, souvent étudiants. Les femmes sont les bienvenues, mais doivent apparemment être belles et accepter des messages sexistes et dégradants, car "le vrai progrès provient des hommes, ce qui justifie leurs exigences plus élevées", peut-on notamment lire.

Outre ses études en droit, Dries Van Langenhove (photo ci-dessou), 25 ans, est diplômé en Sciences politiques et en plomberie. Il est également membre du mouvement estudiantin conservateur catholique KVHV, et siège en tant que représentant des étudiants au sein du conseil d’administration de l’Université de Gand. (Lire la suite plus bas) 

Les objectifs de Schild & Vrienden

Schild & Vrienden est bien plus qu’un groupe Facebook. Publiquement, le mouvement désire "un changement positif des mentalités des jeunes Flamands", et défend des points de vue conservateur et anti-immigration.

Le mouvement vise à produire et diffuser ses idées pour atteindre un maximum de personnes, notamment via les réseaux sociaux. Le groupe s’est notamment fait connaitre des médias après avoir saboté à Gand un rassemblement en faveur d’une migration plus humaine.

La mission de Schild & Vrienden se révèle toutefois bien plus élaborée : les membres du mouvement désirent en effet profondément chambouler le système politique grâce à ce qu’ils appellent "la longue marche vers les institutions". Pour réaliser cette révolution, les défenseurs de leurs idéologies doivent systématiquement atteindre des points stratégiques dans les institutions publiques afin de changer la société. Concrètement, l’un des buts serait de remplacer le "politiquement correct de gauche", en accédant à des postes-clés dans toutes formes d’organisations.

"Il est dans notre plus grand intérêt de garder entre les mains de notre groupe ethnique des positions clés au sein de la société. CEO, médecins, avocats, ingénieurs, journalistes, universitaires, agents, militaires... mieux vaut qu'ils restent tous Flamands. L'intégration, c'est l'infiltration", peut-on lire dans un des messages interceptés par la VRT. 

Leur mission semble doucement aboutir : quatre membres de Schild & Vrienden sont parvenus à se faire élire au sein du Conseil de la Jeunesse flamande, constitué de huit jeunes au total. Dries Van Langenhove s’est, lui, fait élire au sein du conseil d’administration de l’Université de Gand. "J'ai obtenu deux fois plus de voix que la gauche. Un très beau résultat, on l'a doublé par rapport à la dernière fois, donc je suis très satisfait", avait-il alors commenté face à la caméra de Pano. (Lire la suite plus bas)

La face cachée

Le discours public de Schild & Vrienden ne diffère guère de celui de nombreux mouvements européens de la droite conservatrice. En coulisse toutefois, le mouvement discute sans complexe via l’application fermée Discord. L’équipe de Pano est parvenue à infiltrer le réseau. On y découvre des messages bien plus radicaux, où règne une atmosphère raciste et sexiste.

Un double discours semble ainsi être privilégié. Toujours sur Discord, des échanges entre le leader du mouvement et l'un de ses membres indiquent que pour séduire plus de monde, "mieux vaut adopter un langage modéré en public".  Le reste peut se faire derrière les écrans, ajoute-le message. Dans une autre conversation, Dries Van Langenhove conseille de "ne jamais capturer d'images" des discussions qui ont lieu sur les groupes secrets. 

Comme tous les mouvements de l’"alt-right", Schild & Vrienden a pour objectif d’éviter "le grand remplacement", de la population blanche par les personnes issues de l’immigration. D’après les découvertes de la VRT, tous les moyens sont bons. De nombreux membres se disent ainsi "prêts pour le combat" et font référence à une "guerre des races". Certains d’entre eux vont même jusqu’à poser en compagnie d’un important arsenal d’armes à feu. D'autres montrent comment ils ont confectionner eux-mêmes une arme à poing en forme du logo de Schild & Vrienden. 

(Lire la suite plus bas)

Chargement lecteur vidéo ...

"Fake news"

Confronté lors du reportage à des images compromettantes le concernant directement, Dries Van Langenhove a réfuté toute accusation. "Ce sont des fake news. On peut tout simplement trouver ces publications sur internet, ou les confectionner soi-même. Quelqu’un a volé ma photo de profil et mon prénom et publie de tels propos en mon nom. Mais ils ne sont pas de moi. Schild & Vrienden désire uniquement apporter un changement positif des mentalités chez les jeunes et les citoyens flamands. Toutes ces accusations n’y changeront rien", a-t-il conclu.