Jonas Roosens

Fini de camper devant des écoles flamandes : l’inscription sera centralisée

Le gouvernement flamand est parvenu ce vendredi à un accord sur de nouvelles règles pour l’inscription dans les écoles néerlandophones. Dès l’an prochain, toutes les écoles secondaires et primaires qui ne disposent pas de suffisamment de places par rapport au nombre d’élèves candidats devront recourir à un système d’inscription centralisé numérique. L’inscription devra avoir lieu le même jour dans toutes les écoles. Le gouvernement veut ainsi éviter que des parents ne campent encore devant les écoles où ils veulent absolument tenter d’inscrire leur enfant.

Contrairement à la Communauté française où le décret Inscriptions les a supprimées, les files de parents devant les écoles les plus courues sont toujours une réalité en Communauté flamande.

En primaire, les écoles d'une même région doivent déjà utiliser le même système d'inscription. Mais dans le secondaire, seules quelques villes faisaient usage d'un tel système.

Le gouvernement flamand a désormais décidé, au terme de plusieurs mois de négociations entre ses membres N-VA, CD&V et Open VLD, de contraindre les écoles rencontrant des problèmes de capacité d'accueil à faire usage de l'inscription électronique. L’inscription devra aussi se faire le même jour dans toutes les écoles, pour éviter les doubles inscriptions.

Jonas Roosens

Un tirage au sort pour veiller à la mixité

Les enfants qui ont déjà de la fratrie dans l'établissement seront prioritaires. En revanche, l'obligation de réserver des places dans les écoles pour des élèves défavorisés ne sera pas généralisée. La mixité sociale dans une école deviendra ainsi le fait du hasard. Les places libres seront en effet allouées via un tirage au sort.

Pour l’enseignement néerlandophone primaire, le dépôt de candidatures débutera le 1er mars 2019, pour le secondaire le 1er avril prochain. Les inscriptions seront lancées le 6 mai dans le primaire et le 29 mai dans le secondaire en Flandre.

Dans les écoles néerlandophones installées à Bruxelles, les règles de priorité en faveur des enfants dont la langue maternelle est le néerlandais seront renforcées. Leur pourcentage pour les écoles passera ainsi de 55% à 65%.