Harold Versteeg

Les communes devront-elles payer pour évacuer des déchets de production de drogue ?

Les communes devront vraisemblablement à l'avenir payer elles-mêmes pour évacuer les déchets abandonnés illégalement sur leur territoire et issus de la production de drogues. La justice ne veut en effet plus s'acquitter de ces frais, rapporte ce lundi le quotidien Het Belang van Limburg. C’est notamment dans le Limbourg que de tels déchets ont été découverts ces derniers mois. Les communes protestent : elles n’ont pas d’argent pour ces coûts supplémentaires.

Ces dernières années, de plus en plus de produits chimiques abandonnés dans la nature ont été découverts à la frontière belgo-néerlandaise, provenant de laboratoires clandestins de drogues. Ce fut notamment encore le cas le week-end dernier dans la commune limbourgeoise de Houthalen-Helchteren, où 16 futs provenants d’un laboratoire d’XTC ont été abandonnés.

Jusqu'à présent, les coûts liés à leur évacuation et leur destruction, ainsi qu'à un éventuel assainissement du sol étaient pris en charge par la justice. Mais le réseau d'expertise "drogue" du Collège des procureurs généraux estime qu’il ne s'agit pas de frais de justice.

"Ceux-ci concernent des éléments importants pour une enquête. Ce que le nettoyage n'est pas", souligne le procureur général Christian De Valkeneer. La justice renvoie donc cette responsabilité aux communes. Elle l’a fait savoir dans une circulaire.

Les finances communales sont déjà tellement à l'étroit. C'est impossible
Wim Dries, président de l'Association des villes et communes flamandes

L'Association des villes et communes flamandes (VVSG) exprime quant à elle, par la voix de son président Wim Dries, son insatisfaction face à ce transfert de facture. "Il va de soi que nous sommes opposés à pareil changement. Ce n’est pas possible", explique Wim Dries qui est aussi bourgmestre de Genk. "Faire payer des responsabilités fédérales par des autorités locales, c’est exclu. Les communes sont déjà tellement à l’étroit du point de vue budgétaire, elles ne pourraient payer en plus l’évacuation de ces déchets".

Pour une commune comme Lommel (Limbourg), cela représenterait un coût supplémentaire de 500.000 euros, indique Wim Dries (photo). Une concertation est prévue entre l’Association des villes et communes flamandes et le Collège des procureurs-généraux, confirme le ministre de la Justice Koen Geens. Le procureur du roi Guido Vermeiren souligne pour sa part que la circulaire ne pourra de toute façon plus être adaptée avant le 15 octobre.