BELGA/JOURET

Les banques n’ont toujours pas retrouvé la confiance des clients

Bien que la crise bancaire soit passée depuis dix ans et que depuis lors des mesures aient été prises pour rendre le secteur plus sûr, la confiance du client dans le secteur financier n'est pas encore rétablie. C’est ce qui ressort d'une enquête menée par les quotidiens financiers L'Echo et De Tijd. La fédération sectorielle Febelfin pointe également ce manque de confiance.

Pour les besoins de cette enquête, plus de 1.000 personnes ont été interrogées pour une marge d'erreur de 3%. Et pas moins de 52% d’entre elles indiquent que leur confiance dans les banques est moindre depuis la crise financière. Seuls 4% disent avoir davantage confiance. Les 44% restants ont tout autant - ou tout aussi peu – confiance qu’avant.

Les banques belges disposant de bureaux (pas les banques en lignes donc) et les banques publiques jouissent d'une meilleure confiance. Les doutes sur la santé financière des banques ne s'est pas non plus estompé. Ainsi, une majorité des répondants (54%) pense que leur banque aura encore des difficultés financières à l'avenir.

La méfiance se manifeste également dans les coûts. Deux tiers des répondants sont d'avis que les banques ont fait peser le coût de la crise sur leurs clients, en réduisant la rémunération sur l'épargne ou en réclamant des commissions plus élevées pour tous types de services. Sans surprise, 57% des répondants estiment que les frais sont trop élevés et 62% sont d'avis que les intérêts des actionnaires priment sur ceux des clients. Trois quarts pensent également que les patrons gagnent trop.

La fédération sectorielle Febelfin confirme le fait que la confiance des clients belges dans les banques reste faible, malgré tous les efforts et les mesures prises. Celles-ci semblent insuffisantes pour modifier la perception. "Nous ne parvenons toujours pas à démontrer notre valeur ajoutée pour la société. Nous devons faire des efforts supplémentaires", estime Febelfin.