David rozing

La Belgique attire à nouveau davantage les investisseurs étrangers

Le climat d'investissement en Belgique ravit les entreprises américaines et internationales. D'après le baromètre bisannuel réalisé par la Chambre du commerce américaine (AmCham Belgium) et le bureau de consultance A.T. Kearney, deux fois plus de personnes estiment que le climat d'affaires dans notre pays s'est amélioré par rapport aux pays voisins.

Un tiers des entreprises américaines et internationales sondées dans ce Business Barometer de l'Amcham estime que le contexte s'est amélioré ces trois dernières années. En 2016, elles n'étaient que 17%.

Elles ne sont plus que 19% à penser que les conditions se sont détériorées, contre 31% lors de la précédente enquête. Cet enthousiasme s'observe également dans d'autres domaines. Six sociétés sur 10 qui sont déjà actives en Belgique envisagent d'étendre leurs activités. Alors qu’elles n'étaient qu'un quart en 2014. Et 80% des sondés envisagent d'engager du personnel supplémentaire dans les trois ans.

D’après Marcel Claes, patron d'Amcham Belgium, la Belgique reste attractive grâce à ses "atouts historiques" comme le personnel hautement qualifié, la situation géographique et la facilité d'accès aux autres marchés européens. Mais l'enquête pointe aussi les obstacles auxquels les entrepreneurs font face. Les coûts salariaux, les charges administratives et la mobilité sont ainsi critiqués.

Pour Marcel Claes, la priorité est donc de veiller à poursuivre la réduction des coûts salariaux. Réduire l'impôt des sociétés est également crucial à ses yeux afin de garder une Belgique compétitive. "Le taux est établi à 21% aux Etats-Unis. Il est donc important que le taux en Belgique reste sous cette marge afin de ne pas dissuader les investisseurs", selon le responsable de la Chambre de commerce.

L'impôt des sociétés en Belgique est actuellement établi à 33%, mais la réforme de l'impôt des sociétés doit faire passer progressivement le taux de 33 à 25%.

Nicolas Lambert