Le centre pour transmigrants est ouvert, mais la police constate "des situations absurdes"

Alors que le nouveau centre administratif national pour la transmigration a ouvert ses portes ce jeudi à Steenokkerzeel, le syndicat de police SNPS dénonce "des situations absurdes" et "des conditions dangereuses" aussi bien pour les agents que pour les migrants en transit. Cet après-midi, un premier bus transportant une vingtaine de personnes est arrivé au centre.

Le nouveau centre doit accueillir toutes les personnes qui pénètrent illégalement en Belgique dans l’optique de se rendre au Royaume-Uni. Ce matin, le bâtiment a été visité par le syndicat de police SNPS et le Service et Prévention et de Sécurité.

Selon le représentant syndical Mario Thys, l’état de l’établissement pose question. "Nous constatons des situations réellement absurdes", a-t-il déclaré au micro de la VRT. "Au niveau de la sécurité incendie, rien n’est en ordre à l’heure actuelle. Au niveau de la sécurité – aussi bien pour les transmigrants que pour les agents – nous constatons par exemple que des câbles électriques pendent au plafond", ajoute-t-il. "Toutes ces conditions représentent en fait de grands risques".

Conclusions ? "Nous ne pouvons aujourd’hui garantir la sécurité de nos membres du personnel et   des transmigrants. Il est irresponsable d’ouvrir le centre dans ces conditions", souligne encore Mario Thys.

Selon le cabinet du ministère de l’Intérieur, les problèmes seront pris en charge le plus rapidement possible. En attendant, le centre pour transmigrants restera ouvert.