De plus en plus de Belges utilisent un appareil respiratoire contre l’apnée du sommeil

L’an dernier, près de 110.000 Belges utilisaient un appareil CPAP contre l’apnée du sommeil. C’est 2,5 fois de plus qu’en 2010. L’une des causes principale de cette augmentation est le fait que de plus en plus de personnes sont en surpoids. De plus le monde médical est de plus en plus attentif à ce trouble respiratoire et un diagnostic est pose plus souvent.

L’apnée du sommeil est un trouble respiratoire du sommeil qui peut s’avérer très néfaste pour la santé. Le patient qui en est atteint fait des dizaines d’arrêts respiratoire par heure durant son sommeil.  Dans la majorité des cas, les apnées sont dues à un relâchement de la langue et des muscles de la gorge, qui ne sont pas assez toniques et bloquent le passage de l'air lors de la respiration. Ainsi, la personne tente de respirer, mais l'air ne circule pas à cause de l'obstruction des voies respiratoires.

Selon les chiffres de l'INAMI, le nombre de personnes traitées par CPAP pour apnée du sommeil augmente d'année en année, pour atteindre près de 110 000 à la fin de 2017.  L’appareil CPAP envoie de l’air en continu dans les voies respiratoires par le biais d’un tube et d’un masque. Le jet d’air crée suffisamment de pression pour garder les tissus ouverts, donc les voies respiratoires ne peuvent s’affaisser ou se fermer.

Selon le spécialiste de l’apnée l’ORL Evert Hamans de l’hôpital anversois Jan Palfijn, l’apnée du sommeil est un trouble qui peut avoir des conséquences graves. "A court terme cela provoque une somnolence. Malgré un sommeil, bon en apparence, les patients se sentent fatigués. Cela peut conduire à des endormissement et à des accidents de la route. Cela peut également entraîner des complications à long terme. Le manque chronique d’oxygène, la nuit, peut aussi provoquer une  hypertension artérielle, une crise cardiaque voire même une hémorragie cérébrale. Il est donc absolument important de localiser et de traiter ces personnes à temps".

En général l’apnée du sommeil est diagnostiquée chez des personnes qui ronflent. D’après le Dr Evert Hamans, c’est souvent le partenaire qui détecte le problème. "Le patient ronfle puis arrête de respirer et s’étouffe ce qui est parfois très effrayant pour le partenaire".

C’est souvent lorsqu’un patient se plaint de fatigue persistante que le médecin décide de prescrire une analyse complète, qualitative et quantitative, du sommeil.

Traitement par CPAP

Le traitement par ventilation à pression positive continue ou CPAP) constitue le traitement de choix de l’apnée du sommeil. Un appareil insuffle de l’air en continu par le nez, grâce à un masque que l’on porte la nuit. Plusieurs modèles d’appareils et de masques sont disponibles. Pour désigner cet appareil, le terme CPAP, qui vient de l’anglais "Continuous Positive Airway Pressure", est souvent utilisé. L’air insufflé permet de maintenir les voies respiratoires ouvertes en continu, ce qui supprime les apnées. Bien que ce traitement soit extrêmement efficace, il faut prendre le temps de s’habituer à dormir avec le masque.

Dans certains cas, lorsque le traitement par ventilation CPAP ne fonctionne pas ou n’est pas bien toléré, une opération chirurgicale peut être envisagée.