"En novembre, nous avons intérêt à réduire notre consommation d’électricité", conseille un spécialiste

Aujourd'hui, seuls les réacteurs Doel 3 et Tihange 1 sont opérationnels. Ce dernier réacteur doit cependant être indisponible du 20 octobre au 28 novembre pour une révision. En novembre, un seul des sept réacteurs nucléaires sera donc en service dans notre pays. Cela ne s'est jamais produit auparavant. "Mais si nous réduisons quelque peu notre consommations d'électricité quelques heures par jour, il ne devrait pas y avoir de problème", a déclaré le professeur Ronnie Belmans à la VRT.

La ministre fédérale de l'Energie Marie Christine Marghem (MR) "suit la situation de très près", a indiqué vendredi son cabinet sollicité par l'agence BELGA. Engie a confirmé vendredi ce que l'agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) avait prédit, à savoir que le réacteur Tihange 3 ne sera pas disponible cet hiver, Tihange 2 étant par ailleurs indisponible jusqu'au 31 mai. Du 20 octobre au 28 novembre, la Belgique ne sera approvisionnée que par un seul réacteur, Doel 3.

La ministre a écrit jeudi au gestionnaire du réseau Elia et s'entretient avec lui vendredi afin d'avoir une vue la plus claire possible sur l'ensemble des sources d'électricité disponibles, non seulement le nucléaire mais aussi le photovoltaïque, l'éolien, l'interconnexion...

De son côté Elia reste en contact avec Engie, la situation est analysée heure par heure.
La ministre MR rappelle qu'Elia avait fait savoir que l'activation de la réserve stratégique n'était pas nécessaire. C'était avant l'annonce de la prolongation de l'indisponibilité de Tihange 3. Mais constituer aujourd'hui une réserve stratégique est "impossible", insiste le cabinet Marghem, car, à part celle de Vilvorde, toutes les centrales au gaz actuellement sur le marché tournent, à l'instar de celle de Drogenbos.

Chauffages et plaques à induction, sèches linge, chargeur de voiture électrique, l’approvisionnement électrique risque donc de ne pas suivre en novembre prochain en Belgique si tout démarre en même temps,  a estimé le spécialiste de l'énergie Ronnie Belmans (EnergyVille/KU Leuven), à la VRT-télévision.

"Nous pourrions demander aux gens d'attendre quelques heures le soir pour cuisiner, par exemple ? Si nous sommes tous plus économes en électricité pendant quelques heures par jour, il ne devrait pas y avoir de coupure de courant".