Les épaves en mer du Nord automatiquement reconnues comme patrimoine après 100 ans

Les épaves qui se trouvent au fond de la mer du Nord seront automatiquement reconnues comme patrimoine à partir de 100 ans ou plus. Cette décision a été prise par le gouvernement fédéral, vendredi, sur proposition du secrétaire d’Etat à la Mer du Nord Philippe De Backer (Open VLD). Ce dernier s’est rendu à Anvers pour présenter la nouvelle législation à l’occasion de l’inauguration de l’exposition « Notre patrimoine maritime » dans la Natiënhuis (Ernest Van Dijckkaai).

Dans la partie belge de la mer du Nord, soit les eaux territoriales belges, au moins 350 épaves ont été localisées sur le fond marin. Ces épaves datent, principalement des Première et Seconde Guerres mondiales. A l'heure actuelle, seuls onze d'entre elles ont été reconnues comme patrimoine.

"Elles sont le témoignages d'une page sombre de notre histoire européenne", a déclaré Philippe De Backer. "Mais c’est cette page sombre combattue en mer du Nord, qui a aidé à construire ce à quoi ressemble notre société actuelle. C'est pourquoi il est si important de protéger ce patrimoine".

La nouvelle législation devrait mieux protéger les épaves contre les dommages ou le pillage. Elles pourront rester accessibles aux plongeurs, par exemple, mais les activités ou travaux susceptibles de les endommager, comme l'ancrage, la pêche à la ligne ou la drague, sont interdits. Les emplacements des différentes épaves apparaîtront également sur les cartes marines.

Les épaves de moins de 100 ans, comme celles de la Seconde Guerre mondiale, pourront être assimilées au patrimoine culturel subaquatique par le Secrétaire d'État lui-même.