Les syndicats de policiers en colère suite à la libération anticipée du meurtrier de Kitty Van Nieuwenhuysen

Les syndicats de policiers, ACV Politie ainsi que le NSPV – SNPS (Syndicat national du personnel de police et de sécurité) se disent "scandalisés" à l'annonce qu'un des meurtriers de la policière Kitty Van Nieuwenhuysen puisse sortir de prison et être placé sous surveillance électronique. Carlo Medo (NSPV) a déclaré lors de l'émission "De zevende dag" que des actions pourraient être menées. 

La policière Kitty Van Nieuwenhuisen, avait été tuée en 2007 lors d'une intervention à Lot (Brabant flamand). Un des meurtriers Noureddine Cheikhni, a été condamné à 30 ans de prison pour ce meurtre. Il est resté un peu plus de 10 en prison et sera placé sous surveillance électronique après avoir purgé un tiers de sa peine. La décision a été prise par le tribunal de l'application des peines de Liège.

Carlo Medo (photo en haut de l'article) était l'invité de l'émission dominicale de la VRT-télévision, "De zevende dag" il a exprimé la colère des policiers. "Vous auriez dû lire les réactions sur les réseaux sociaux. Si on laissait faire la base, il y aurait déjà des arrêts de travail. Vendredi il y aura une grande manifestation nationale des fonctionnaires et les syndicats de policiers y participent, mais Carlo Medo n'exlut pas la possibilité que d'autres actions soient menées.

"Nous allons examiner cela avec la base. Il est moins 5 et il nous faut absolument un signal clair. Le risque d'actions plus dures est réel" a-t-il ajouté.

"C'est une claque pour les parents et les collègues de Kitty", a réagi le secrétaire de l'ACV Joery Dehaes dans un communiqué de presse.

Le syndicaliste dénonce le fait que la loi puisse être appliquée dans ce cas. Il estime qu'il s'agit-là d'une décision incroyable et que le syndicat a reçu beaucoup de réactions à ce sujet de la part de collègues. Il est inacceptable, selon lui, que la violence contre la police ne fasse pas l'objet d'un signal plus fort.

"C'est une honte, nous savons désormais quel est la valeur de la vie d'un policier pour le tribunal d'application des peines".

Les parents de Kitty Van Nieuwenhuysen sont également choqués. Ils ont reçu une lettre recommandée vendredi les informant que le meurtrier  était autorisé à sortir de prison avec un bracelet électronique à la cheville. Les parents se sentent humiliés et abandonnés par la justice. 

John Maes, de la commission sur le droit pénal du Barreau flamand, a déclaré à la chaîne privée VTM qu'il comprenait la réaction des proches (ndlr.de la policière). Mais il a également souligné que le tribunal d'application des peines appliquait simplement la loi.

En 2013, la loi sur la libération conditionnelle sera durcie. Mais comme Noureddine Cheikhni avait déjà été condamné antérieurement, ce durcissement ne s'appliquera pas.