Brexit : le gouvernement flamand prévoit aussi un plan d’action

"Après l'Irlande, c'est la Flandre qui serait la plus touchée" par une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord négocié ("no deal"), a affirmé lundi le ministre-président flamand Geert Bourgeois (photo) dans sa déclaration de septembre au parlement flamand. Son gouvernement prévoit donc de débloquer 2 millions d’euros pour un plan d’action.

"La décision souveraine" des Britanniques de quitter l'Union européenne risque de se transformer en "une erreur souveraine", a commenté Geert Bourgeois, alors que se réduit le délai pour trouver un accord entre la Grande-Bretagne et les autres pays de l’Union.

D’après une étude de l'Université catholique de Louvain (KU Leuven), un Brexit sans accord, qui sortirait Londres du marché unique et de l'union douanière, risque de coûter 28.000 emplois à la Flandre. Les entreprises flamandes doivent s'y préparer et commencer à explorer de nouveaux marchés, a conseillé le ministre-président flamand.

Son gouvernement a déjà pris des mesures pour soutenir et guider les entreprises dans le cadre du Brexit, mais Geert Bourgeois s'apprête en plus à déposer un plan d'action pour lequel deux millions d'euros ont été budgétés.

La Commission européenne et le gouvernement fédéral ont eux aussi déjà annoncé des mesures pour aider les entreprises à affronter le Brexit.