Nicolas Maeterlinck

Fouad Belkacem saura le 23 octobre s'il peut rester Belge

La cour d'appel d'Anvers se prononcera le 23 octobre sur la déchéance - ou non - de la nationalité belge de Fouad Belkacem. Pour le ministère public, l’ancien dirigeant de Sharia4Belgium manque clairement à ses obligations de citoyen belge.

Fouad Belkacem avait été condamné en janvier 2016 à douze ans de prison et 30.000 euros d'amende en tant que dirigeant du groupe terroriste Sharia4Belgium. Une procédure pour le priver de sa nationalité belge avait été lancée en octobre 2016.

Selon le parquet général d'Anvers, il représente une menace permanente pour la sécurité publique et il a sérieusement manqué à ses obligations de citoyen belge.

Son avocate reconnaît ses lacunes mais affirme qu'il ne représente plus un danger pour la société. "Le déchoir de sa nationalité serait disproportionné", selon elle. "Il regrette et n'a jamais pensé que toute cette histoire de Sharia4Belgium prendrait une telle ampleur. Tout ce qu'il souhaite maintenant, c'est être près de sa famille, travailler et mener une vie normale", affirme Me Liliane Verjauw.

Fouad Belkacem, qui possède aussi la nationalité marocaine, a demandé à la cour d'appel de rejeter cette demande, invoquant le fait qu'il n'a plus aucun lien avec le Maroc et qu'il souhaitait rester auprès de sa famille en Belgique.

Fouad Belkacem craint que si sa nationalité belge lui est retirée, la prochaine étape soit son extradition vers le Maroc. "Mais il n'a plus aucun lien avec le Maroc. Il a essayé de renoncer à sa nationalité marocaine, mais il a reçu des informations erronées du consulat marocain. Mon client est et se sent belge. Sa famille est ici depuis 50 ans, depuis trois générations. C'est ici que sont sa femme et ses enfants. Sa nationalité belge est une partie de lui-même", a défendu son avocate.