Un djihadiste tchétchène blesse cinq gardiens à la prison de Hasselt

Les gardiens de la prison de Hasselt mènent une action de grève ce jeudi, alors que cinq des leurs ont été attaqués la veille par un djihadiste tchétchène ayant combattu en Syrie. Les cinq gardiens blessés ont été hospitalisés. Leurs collègues ont décidé de se mettre en service de nuit pour exprimer leur mécontentement. 

L’incident est survenu mercredi après-midi. "L'homme de 37 ans a été transféré de la prison de Bruges. Il était connu pour être extrêmement agressif et hier, il l'a prouvé. Les cinq gardiens impliqués dans l'incident ont immédiatement été transférés aux urgences de l'hôpital", a indiqué le délégué syndical ACOD (CGSP) Kristof Muyters.

La nature des blessures subies par les gardiens n'est pour le moment pas encore connue. Mais d'après M. Muyters, plusieurs d'entre eux souffriront d'une incapacité de travail pendant un certain temps. Les cinq hommes ont toutefois pu quitter l’hôpital depuis.

L'auteur des faits était détenu dans le quartier de haute sécurité de la prison de Bruges où il était connu pour être un prisonnier difficile à gérer. Il aurait normalement dû intégrer le département déradicalisation du pénitencier de Hasselt, mais vu l'incident survenu mercredi après-midi lors de la distribution des repas, il a été placé dans une cellule au sein de l'unité sécurisée de la prison limbourgeoise afin de pouvoir l'observer.

Service de nuit

"J’ai parlé à mes collègues, et ils désirent tourner en service de nuit durant 24 heures", souligne le représentant du syndicat socialiste. "Cela signifie qu’il n’y aura pas d’activités, pas de promenades, et pas de visites. Nous distribuerons du café, et veillerons à ce que tout se déroule sous la plus haute sécurité".

Les agents pénitentiaires en ont assez des économies réalisées au fil des ans sur le personnel, ce qui affecte leur sécurité.

Les plus consultés