Rhode-Saint-Genèse envoie elle aussi ses propres convocations

Les autorités communales de Rhode-Saint-Genèse ont décidé vendredi soir d'envoyer elles aussi leur propre convocation électorale en vue du scrutin du 14 octobre, deux semaines après celles qui avaient été envoyées - uniquement en néerlandais - par le gouverneur du Brabant flamand, Lodewijk De Witte, à la demande de la ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans.

Les communes de Linkebeek, Crainhem, Drogenbos et Wezembeek-Oppem avaient déjà fait de même tandis qu'à Wemmel, les convocations sont disponibles au guichet de la commune. Il s’agit des cinq autres communes flamandes situées en périphérie bruxelloise dans le Brabant flamand où les francophones bénéficient de facilités linguistiques.

A Rhode-Saint-Genèse, le collège avait décidé de faire imprimer ces documents en français pour les habitants francophones qui ont demandé leurs documents administratifs dans la langue de Voltaire pour quatre ans, et en néerlandais pour les autres. Mais vendredi soir, au cours d'un conseil communal extraordinaire, il a finalement été décidé de les envoyer.

L'ensemble des bourgmestres des communes à facilités de la périphérie ont exprimé leur désapprobation au sujet de l'envoi de convocations électorales en néerlandais par le gouverneur du Brabant flamand. La ministre régionale Liesbeth Homans (N-VA) s'en tient à la règle décrétale flamande selon laquelle les convocations doivent être envoyées à tous les électeurs en néerlandais. A charge des francophones qui le souhaitent de demander ensuite l'envoi d'une convocation en français.

Les bourgmestres des communes à facilités se réfèrent quant à eux à un arrêt du conseil d'Etat pris en 2014 dans le dossier des bourgmestres non nommés et à un autre plus récent qui précisent que les habitants francophones des communes à facilités peuvent demander la traduction systématique des documents administratifs, une seule fois pour les quatre ans qui suivent.