Bart De Wever : "Voter Vlaams Belang, c’est accroître les chances d’un bourgmestre écologiste à Anvers"

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA) et la tête de liste du parti de gauche radicale PVDA, Peter Mertens, étaient invités ce dimanche sur le plateau de l’émission ‘De Zevende dag’. Lors du débat, le leader des nationalistes flamands a estimé qu’un vote pour le parti d’extrême droite le 14 octobre prochain était un vote perdu. 

D’après de récents sondages, le Vlaams Belang progresse dans les intentions de vote, à Anvers, mais aussi au niveau national. Contrairement à ce que l’on pouvait croire, la formation de Tom Van Grieken est donc loin d’être dépassée en Flandre. Alors que Bart De Wever s’était donné pour mission d’affaiblir le parti d’extrême droite, il semble que le bourgmestre d’Anvers n’est pas parvenu à ses fins.

Aux yeux du leader de la N-VA, cette situation est directement liée au phénomène de la migration : "la crise migratoire et les transmigrants ne nous font pas de bien, et les gens en ont marre des incidents", a déclaré Bart De Wever, lors de l’émission dominicale ‘De Zevende dag’ (VRT).

D’après lui, les gens qui votent pour le Vlaams Belang ne veulent pas particulièrement que ce parti se retrouve au pouvoir. "Toutes les voix qui passent de la N-VA vers le Vlaams Belang deviennent inutiles". Et d’ajouter : "Le paradoxe du vote pour le Vlaams Belang est qu’il augmente les chances d’avoir un bourgmestre écologiste". 

"Kris Peeters s’est trahi"

Interrogé sur la baisse de la N-VA dans les sondages, Bart De Wever a affirmé ne pas se faire de soucis : "Il y a six ans, nous avions 28% d'après les meilleures estimations. Finalement, nous avons obtenu 38% des votes", rappelle-t-il.

Concernant les coalitions possibles dans la métropole, l’actuel bourgmestre estime que la tête de liste du CD&V, Kris Peeters, s’est trahi en laissant voir ses véritables intentions dans l’émission 'Gert Late Night'. "Lorsque quelqu'un affirme que même s'il ne récolte que 5% des voix il peut devenir bourgmestre, il se trahit. Tout le monde sait qu'il ne pense pas à la N-VA, mais à une ‘coalition monstre’ avec l'Open VLD, Groen, le SP.A et peut-être le PVDA. C'est seulement dans un tel contexte qu'on peut prétendre au maïorat avec 5%", analyse-t-il.

La tête de liste du PVDA, Peter Mertens, ne croit pour sa part pas à une coalition de ce type. "Anvers a besoin d'une gestion cohérente. Soit de droite, comme actuellement, soit de gauche comme c'est le cas à Borgerhout. Ma préférence va naturellement vers une coalition cohérente de gauche", a-t-il expliqué.