Nicolas Maeterlinck

Des centaines de véhicules de police trop polluants à Anvers et Bruxelles

A la police fédérale, un véhicule de service sur six est trop polluant pour circuler à Bruxelles et Anvers depuis que les deux villes ont introduit des zones de basse émission (LEZ) et empêchent les véhicules les plus polluants de pénétrer sur leur territoire. Des centaines de voitures de police polluantes peuvent néanmoins entrer sans amende dans ces centres urbains. Une amende se chiffre entre 150 et 350 euros.

Depuis le début du mois d’octobre, les conducteurs risquent une lourde amende (350 euros) lorsqu’ils entrent dans la zone de basse émission de Bruxelles alors que leur véhicule au diesel compte parmi les plus polluants (Euro 0 et Euro 1). Le même principe est en vigueur à Anvers qui possède également une zone de basse émission.

Jusqu’il y a peu, cette règle pour réduire la pollution dans le centre des métropoles était d’application tant pour les véhicules de citoyens que pour les véhicules de la police fédérale. Mais une exception a maintenant été introduite pour des centaines de vieux véhicules de la police.

Les voitures et camionnettes super polluantes de la police fédérale sont en effet inscrites sur une "liste blanche" qui les exempte de l'amende de 150 euros à Anvers et 350 euros à Bruxelles. Selon la police fédérale, 550 véhicules trop polluants peuvent circuler à Bruxelles, et 250 à Anvers.

La police fédérale se dit pourtant résolue à renouveler son parc automobile et à acheter à l'avenir des véhicules moins polluants, essence, voire hybrides. Florent Platteeuw, du syndicat de police SLFP, estime que c'est une "vraie honte": "L'État oblige les citoyens à moins polluer mais ne fait rien par contre pour ses propres véhicules".

Sarah Frederickx de la police fédérale souligne qu’il n’est pas possible "de se rendre dans un magasin et d’acheter de nouvelles voitures. Les procédures d’achat de nouveaux véhicules devraient prendre plusieurs mois, voire plusieurs années".