Le chauffard qui a renversé Merel De Prins libéré sous surveillance électronique

Le tribunal de l'application des peines de Bruxelles a accordé lundi la liberté sous surveillance électronique à Muhammed Aytekin, l'homme qui avait mortellement fauché Merel, une cycliste âgée de 12 ans, le 28 octobre 2015 à Vilvorde.

Muhammed Aytekin, 23 ans, avait été condamné en janvier 2017 à une peine de prison de cinq ans ferme, à une amende de 6.000 euros et à une interdiction de conduire à vie. Quelques mois plus tard, il avait déjà été libéré en raison d'un grave problème aux yeux. Cette décision a ensuite été révoquée.

Le tribunal a estimé lundi que les regrets affichés par le chauffard, la reconnaissance profonde de sa responsabilité ainsi que le sérieux de son plan de reclassement étaient suffisants à lui accorder une libération sous conditions.

L'homme a mûri en prison et il envisage de faire du bénévolat au sein d'une association pour les victimes de la route, a encore noté le TAP.

Parmi les conditions imposées figurent également l'interdiction de fréquenter les communes où résident les membres de la famille de Merel, un suivi psychologique ou encore l'indemnisation des parties civiles.

Les parents de Merel très déçus par cette libération

Les parents de la fillette sont très déçus par la décision du tribunal. "Cinq ans (de prison), c'est cinq ans", a commenté la mère la victime, Peggy Muyldermans, à la sortie de l'audience. "Je pensais qu'on voulait donner un exemple dans cette affaire, mais ce n'est pas le cas. Je ne crois pas à ses regrets ni à sa promesse de ne plus jamais conduire. Il se présente comme une victime, c'est une mise en scène."

"Il ne nous a pas regardés dans les yeux lorsqu'il nous a dit regretter son acte", a ajouté le père de Merel. "Je ne le crois pas et je crains qu'il se passe à nouveau quelque chose."
"Mon client a énormément évolué en prison, ce n'est plus le même qu'il y a trois ans, il est vraiment conscient de la souffrance qu'il a causée", a souligné de son côté son avocat, Me De Beco. "Le tribunal a suivi les conditions et les garanties que nous avions nous-mêmes proposées."

Le 28 octobre 2015 peu après midi, Merel avait été fauchée alors qu'elle circulait sur une piste cyclable pour rentrer chez elle. L'automobiliste, qui circulait à 85 km/h dans un véhicule en défaut d'assurance, avait immédiatement pris la fuite.

Muhammed Aytekin, 21 ans, avait même quitté le pays avant de finalement se rendre à la police le 2 novembre. Il était entre-temps apparu qu'il n'avait jamais disposé du permis de conduire. Il avait été condamné à 18 reprises pour conduite sans permis et avait écopé cinq fois d'une interdiction de conduire, ce qui était encore le cas au moment de l'accident.

Avant sa condamnation par le tribunal correctionnel, il avait obtenu un sursis partiel devant le tribunal de police.