"A Seat At The Table" veut permettre aux jeunes défavorisés de grandir

La nouvelle plateforme a été présentée ce mardi à Bruxelles. Elle veut permettre aux jeunes Bruxellois défavorisés, et notamment à ceux qui sont issus de l’immigration, de trouver plus facilement un emploi dans le monde de l’entreprise et des affaires.

"De nombreuses initiatives pour les jeunes plus défavorisés sont souvent apparentées à de la thérapie occupationnelle. Nous ne croyons pas à une excursion au zoo ou un match de football pour les aider", indique Youssef Kobo, à l’origine du projet bruxellois. "Nous voulons montrer aux jeunes qu’ils peuvent être ambitieux et qu’ils sont capables de se créer des opportunités".

C’est le but de la nouvelle plateforme A Seat At The Table, qui organisera des rencontres mensuelles entre des acteurs importants dans le monde de l’entreprise et en politique et des jeunes. Des séminaires ou ateliers avec des personnalités célèbres dans divers secteurs seront également au programme.

Un large éventail d’ambassadeurs participent à ce nouveau projet, pour lequel le ministre flamand de la Culture et de la Jeunesse, Sven Gatz, a débloqué un budget de 87.000 euros. Ainsi, l’écrivain et chorégraphe Ish Ait Hamou, originaire de Vilvorde, l’humoriste Erhan Demirci et les réalisateurs Adil El Arbi et Bilall Fallah (photo) serviront d’exemples de réussite aux jeunes.

La journaliste de Radio 2 (VRT) Yasmina El Messaoudi tire le projet, et souhaite avant tout inspirer les jeunes. "Lorsque j’étais moi-même une jeune adolescente, j’ai eu peu de modèles qui avaient des origines d’immigration. Ou en tous cas, ils n’étaient pas très visibles. Si je parviens à n’inspirer même qu’une seule personne, lui montrer qu’avec suffisamment de soutien on peut devenir qui on veut, alors ma mission sera accomplie"