L’emploi dans les ports belges est reparti à la hausse

Dans les ports flamands, à Liège et à Bruxelles, l’emploi direct a de nouveau augmenté en 2017, après une baisse constante entre 2012 et 2015. C’est ce qui ressort d’une étude de la Banque nationale (BNB). L'emploi direct total y a crû de 1,4% en un an de temps, passant ainsi de 115.363 à 117.051 équivalents temps plein.

"La tendance à la baisse de l'emploi observée depuis plusieurs années déjà dans les ports belges semble s'être interrompue dans les ports d'Anvers, de Gand et de Liège, et ce en particulier dans les secteurs maritimes", observe la Banque nationale.

L'embauche dans le port de Zeebrugge (Flandre occidentale) augmente aussi mais, compte tenu de la perte d'emplois dans le commerce, la tendance baissière continue dans le cluster non-maritime (-1,6%). La plus forte hausse en pourcentage a été observée dans les secteurs des manutentionnaires et des agents maritimes et expéditeurs dans les ports de Gand et de Liège.

"Le port de Bruxelles est le seul à avoir subi une perte d'emplois de quelque 10% dans les secteurs maritimes, due à la fermeture ou au déménagement de plusieurs entreprises des secteurs des agents maritimes et expéditeurs et des manutentionnaires."

La perte d'emplois limitée dans le port d'Ostende (photo), de -1,1%, est principalement imputable au secteur public et à la pêche, de même qu'aux secteurs non-maritimes de plus petite taille.

Trafic de marchandises en hausse aussi

Le trafic de marchandises a gagné 4,3% l'an dernier. Le port de Gand (photo) a enregistré une très forte croissance (plus de 10%), tandis que celui de Bruxelles s'est lui aussi inscrit en nette progression (+8,8%).

La valeur ajoutée produite dans les ports belges a augmenté d'un peu plus de 7% en 2017, à la suite d'une hausse de près de 10% enregistrée dans le cluster non-maritime. Cette progression a été manifeste dans tous les ports, à l'exception de la zone portuaire de Liège.