La Défense compte maintenant moins de 25.000 militaires

La Défense ne parvient pas à recruter assez vite suffisamment de nouveaux militaires. Leur nombre est maintenant descendu sous la barre des 25.000 prévus. C’est ce qui ressort d'un document interne de la Défense auquel la rédaction de VRT NWS a eu accès. Le nombre de jeunes militaires qui délaissent l'armée n'a, en outre, jamais été aussi élevé que ces dernières années. L’armée belge ne semble ainsi pas en état de mener à bien, ces prochaines années, ses missions principales.

Dans sa vision stratégique - notice explicative de la politique générale de défense - le ministre de tutelle Steven Vandeput (N-VA) écrit qu'une armée de 25.000 hommes et femmes doit suffire pour mener à bien toutes ses missions. Mais à l’heure actuelle le département compte moins de 25.000 militaires et ce nombre devrait passer sous la barre des 22.000 personnes d'ici quatre ans.

Cette baisse d'effectifs s'explique notamment par une vague de départs à la pension. Dans les cinq ans à venir, plus de 1.000 personnes quitteront chaque année la Défense. Les campagnes de recrutement ont par ailleurs diminué ces dernières années, ce qui explique qu'il est actuellement difficile de compenser les départs de personnel.

Outre la question des retraités se pose celle des jeunes qui quittent très tôt l'armée. Ces derniers réalisent après quelques mois ou quelques années qu'ils ne sont pas faits pour suivre une carrière militaire. Alors qu’en 2011 près de 8.000 jeunes voulaient encore travailler à la Défense, ils n’étaient plus que 4.372 l’an dernier.

"Je ne peux plus déplacer de pions"

De plus en plus de "jeunes militaires actifs" - considérés comme la colonne vertébrale du département - se retirent également. Le phénomène n'est pas neuf, mais la tendance s'accroît. Près de 600 militaires ont ainsi réorienté leur carrière l'année passée, contre même pas 400 deux ans plus tôt.

Un officier haut placé a expliqué à la rédaction de la VRT que la situation était particulièrement précaire. "Le nombre de militaires est tellement limité qu’il n’est pratiquement plus possible de remplacer des gens ou de les muter à un autre poste. Cela crée immédiatement un sous-effectif".

Selon lui, la Défense est consciente de cette pénurie et recrute plus rapidement et davantage de personnel. Il y a des projets pilotes pour attirer plus de jeunes recrues. « Ce sont avant tout les profils techniques qui manquent », indique l’officier haut placé.

Le professeur Alexander Mattelaer (VUB/Institut Egmont) avait déjà mis la Défense en garde plus tôt cette année sur le fait qu’elle atteignait un seuil critique de personnel, qui ne lui permettrait plus d’assumer à l’avenir toutes les missions nécessaires. Des missions à l’intérieur du pays, mais également des engagements internationaux.

Et le nombre décroissant de personnel rend très onéreux le maintien des casernes qui prennent de l’âge. "Reste à savoir s’il y aura suffisamment de personnel pour utiliser tout le nouveau matériel militaire très onéreux. Sans même parler de son entretien", se demande le professeur Mattelaer. La rédaction de la VRT a sollicité une réaction à la Défense, qui a préféré ne pas y répondre.