La famille serbe enfermée aurait quitté volontairement le pays

La famille serbe - une femme et ses quatre enfants - enfermée pendant plusieurs semaines au centre 127bis, situé à Steenokkerzeel en Brabant flamand, est rentrée volontairement en Serbie. C’est ce qu’indique le cabinet du Secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA). Cette famille avait déjà été enfermée à deux reprises dans l’unité pour les familles de centre 127bis.

Cette famille est la première à avoir été enfermée, à la mi-août, dans les nouvelles - et controversées - unités familiales du centre fermé 127bis à Steenokkerzeel, après l'entrée en vigueur, quelques jours plus tôt, d'un arrêté royal ouvrant la porte à l'enfermement de familles en attente d'expulsion. Sa situation avait donné lieu à des critiques de diverses organisations non-gouvernementales, dont Amnesty International.

En raison des étapes de la procédure, la famille n’avait jusqu’ici pas pu être rapatriée endéans la période prévue de 28 jours. La mère et ses quatre enfants avaient donc été amenés dans une habitation ouverte de retour, située à Sint-Gillis-Waas. Elle s’était enfuie de cet endroit, avant d’être retrouvée et envoyée au centre fermé de Steenokkerzeel.

"La famille a choisi, après 34 procédures, de retourner volontairement dans son pays d'origine et a signé une déclaration de départ volontaire", a affirmé ce mardi le cabinet de Theo Francken.

Le Secrétaire d’Etat réitère son appel à mettre fin à ce type de procédure. "Mettez fin à la dispute idéologique, pour placer au centre les intérêts des êtres humains", écrivait Francken (photo) sur Twitter.

Les plus consultés