Les réfugiés sont avant tout attirés par Anvers

Si l’on en croit un rapport de l’Agence flamande de l’Intérieur, Anvers est la ville de Belgique qui attire le plus de demandeurs d'asile dont la demande est acceptée. L'arrivée de réfugiés dans l'une ou l'autre localité belge semble souvent dépendre de leur pays d’origine.

Les demandeurs sont répartis par l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile (Fedasil) dans des centres ou des initiatives locales d'accueil. Lorsqu'ils reçoivent un statut de protection, ils ont le droit de choisir leur lieu d'établissement. L'étude de l'agence flamande porte sur les personnes qui ont reçu une protection internationale depuis 2014.

Dans le groupe de personnes qui ont reçu cette protection en 2014, quelque 43% habitaient en Flandre au moment de leur reconnaissance, 16% à Bruxelles et 38% en Wallonie. Quatre ans plus tard, la situation avait évolué: ils étaient 50% à résider en Flandre, 29% à Bruxelles et 21% en Wallonie.

Dans le dernier groupe examiné - pour lequel la décision positive remonte à la deuxième moitié de 2017 -, 48% habitaient en Flandre au moment de la décision positive, 11% à Bruxelles et 39% en Wallonie. Fin janvier 2018, quelque 60% vivaient en Flandre (photo), 13% à Bruxelles et 27% en Wallonie.

Après une décision favorable, les réfugiés se rendent le plus souvent dans des villes, et à Anvers en particulier. La métropole compte 5.800 réfugiés reconnus et bénéficiaires d'une protection subsidiaire (qui ont fait leur demande au cours de la période étudiée). Cela ne signifie pas pour autant qu'Anvers subit la plus grande pression par habitant.

Le taux de demandeurs reconnus par 1.000 habitants y est de 11,08, alors qu'il est par exemple de 14,5 à Ostende, de 19,7 à Saint-Josse, 13 à Anderlecht, 14,4 à Sainte-Ode ou encore 13 à Verviers.

La nationalité influence le choix de la ville où les réfugiés reconnus s’établissent. Les Syriens préfèrent Bruxelles. Les réfugiés originaires de pays francophones (Guinée, Congo et Burundi), optent plutôt pour la Wallonie et Bruxelles.

Flip Franssen