A Genk, le CD&V reste le plus grand mais la N-VA, menée par Zuhal Demir, progresse

Avec l’ensemble des 49 bureaux de vote comptés à Genk, le CD&V du bourgmestre sortant Wim Dries (photo) reste le plus grand parti dans l’ancienne ville minière du Limbourg. Il perd néanmoins 2,4 points de pourcentage par rapport aux communales de 2012. La N-VA, emmenée par la Secrétaire d’Etat Zuhal Demir, gagne par contre 9,4 points de pourcentage.

Avec 38,6% des voix, le CD&V reste le plus grand parti à Genk et Wim Dries semble pouvoir conserver son écharpe maïorale. La N-VA, emmenée par la Secrétaire d’Etat Zuhal Demir, obtient 27,6% des voix en effectuant un bond en avant de 9,4 points de pourcentage.

L’actuel bourgmestre pourra choisir entre la N-VA et Pro Genk pour former une coalition. Le parti socialiste est en effet le troisième de la commune limbourgeoise, avec 12% des votes (mais un recul de 4,8 points de pourcentage).

Le parti d’extrême droite Vlaams Belang conserve 9,3% des voix, tandis que le PVDA et l’Open Genk libéral perdent des voix.

"Nous nous attendions à rester le plus grand parti de Genk. Nous perdons légèrement, mais en répartition des sièges nous restons forts", déclarait le bourgmestre sortant Wim Dries. "Le CD&V reste incontournable, du moins si personne ne décide de collaborer avec le Vlaams Belang, et nous prendrons l’initiative pour aller parler à Pro Genk et la N-VA". Le CD&V peut maintenir la majorité actuelle ou engager une grande coalition avec la N-VA.

La tête de liste N-VA, Zuhal Demir (photo, avec poussette), s’est installée à Genk et a manifesté ces deux dernières années qu’elle serait prête à assumer le poste de bourgmestre.