Hasselt : la N-VA du ministre Steven Vandeput à la première place

La N-VA, menée à Hasselt par le ministre de la Défense et candidat bourgmestre Steven Vandeput, est arrivée à la première place à l’issue du dépouillement des résultats. Sa liste devance d’environ 3% celle de Rood Groen + Hasselt.

Le parti nationaliste flamand a recueilli 28,7% des voix dans la capitale du Limbourg. Il s’agit d’une progression de plus de 3 points de pourcentage par rapport à 2012.

La liste socialiste écologiste Rood Groen + Hasselt, a pour sa part obtenu 25,3% des voix. Les chrétiens démocrates du CD&V arrivent troisièmes avec 20,9% des votes. Vient ensuite l’Open VLD, avec 10,4%, et le Vlaams Belang, qui recueille 8,3% des suffrages. Le PTB a, lui, atteint le score de 6,5%.

Notons que la bourgmestre sortante est la CD&V Nadja Vananroye. Cette dernière avait remplacé en 2016 la socialiste Hilde Claes, qui avait donné sa démission après avoir été empêtrée dans une tempête politique due à des soupçons de conflit d'intérêts.

Vandeput quittera le gouvernement en janvier

Le ministre de la Défense quittera en janvier le gouvernement fédéral et son cabinet à Bruxelles pour devenir bourgmestre de Hasselt. Grande gagnante dimanche soir du scrutin communal à Hasselt, la N-VA emmenée par Steven Vandeput a décidé de s'associer à RoodGroen+ ainsi qu'à l'Open VLD pour diriger le chef-lieu limbourgeois durant les six prochaines années.

Vandeput devrait en devenir le bourgmestre. Les nationalistes flamands ont engrangé 28,7% des suffrages, devant le cartel de gauche RoodGroen+Hasselt qui récolte 25,3% des voix, en net retrait. Les chrétiens-démocrates du CD&V restent troisièmes avec un score de 20,9%, toutefois insuffisant pour maintenir la majorité qu'ils formaient jusqu'ici avec RoodGroen+. L'annonce de cette coalition inattendue a simplifié considérablement les discussions.

"La politique est une histoire de fond (des politiques) et de personnes. Nous nous sommes réunis et nous avons eu des discussions de fond. Nous avons regardé si nous pouvions nous retrouver et c'est impressionnant de voir combien nous avons de points communs dans nos programmes", a souligné Steven Vandeput. Le ministre ne siégera donc plus au gouvernement fédéral à partir de janvier. "C'est naturellement la conséquence. Ce n'est pas combinable", a-t-il expliqué. Le ministre de la Défense ignore qui lui succédera, a-t-il assuré.

Steven Vandeput déclarait ce lundi à la VRT qu'il espérait pouvoir mettre un point final au dossier du remplacement des avions de combat F-16 avant de prendre ses fonctions à Hasselt.